Samir Ziani attend son heure

Le protégé de Mohamed Bennama (32 v, 1 n, 3 d) disputera, ce samedi, chez lui, à Villeneuve-sur-Lot, une officieuse demi-finale mondiale IBF en super-plumes même si c’est le titre intercontinental qui sera en jeu. Il aura en face de lui un solide adversaire en la personne du Serbe Serif Gurdijeljac (21 v, 5 d).

L’Aquitain devait initialement remettre en jeu sa ceinture continentale de la catégorie contre un homme qu’il connait bien. En l’occurrence, le Belge Faroukh Kourbanov qu’il avait déjà battu, aux points, lors d’une défense victorieuse de son titre EBU, à Agen, en 2019. La perspective de lui accorder une revanche, de surcroît outre-Quiévrain, ne l’emballait guère d’autant que le challenge sportif consistant à redonner sa chance à un opposant qu’il avait dominé, somme toute, assez aisément était discutable. Aussi, quand l’adjoint au Maire de Villeneuve-sur-Lot, chargé de la Jeunesse et des Sports, s’est vu proposer, à la place, de briguer le titre intercontinental IBF, il n’a pas hésité longtemps et a fait le choix d’abandonner sa couronne européenne. Une option d’autant plus compréhensible que le vainqueur du combat sera classé dans le top trois de l’IBF. Il aura, en outre, une sérieuse chance de se voir désigner challenger officiel. « Avec mon manager, Gary Hyde, nous avons en quelque sorte changé mon plan de carrière pour emprunter une route beaucoup plus rapide afin d’arriver à faire un championnat du monde. En outre, je pense avoir fait le tour de la question en Europe. », justifie le Français.

« Je suis confiant mais je reste méfiant et sur mes gardes »

Lequel, aura, cette fois, l’opportunité d’en découdre à domicile, dans sa bonne ville de Villeneuve-sur-Lot. Les partenaires fidèles qui le suivent depuis maintenant plusieurs années, à commencer par l’enseigne GiFi, ont en effet mis au pot pour lui permettre de se produire devant ses supporters. Il devra s’employer pour venir à bout de son rival serbe, Serif Gurdijeljac. « Il a un bon bras avant et un bon crochet gauche, analyse Samir Ziani. C’est un mec vaillant, encaisseur et endurant. Il prépare bien ses attaques et va vite de bras. Il est classé dans le top dix de l’IBF. » Un profil solide, certes, mais qui n’effraie pas plus que ça le Tricolore. Sans verser dans un chauvinisme de mauvais aloi, il possède, en magasin, les atouts pour l’emporter et donner un peu plus corps à son rêve  planétaire.

« Je suis confiant mais je reste méfiant et sur mes gardes », tempère le Lot-et-Garonnais qui, toujours grâce à ses sponsors, a la possibilité de ne se consacrer qu’à la boxe et qui aspire, entre autres, à se lancer dans le coaching privé dans le cadre d’un concept qu’il est en train de finaliser. Toujours est-il que sa préparation s’est déroulée comme prévu. Outre un sparring-partner singapourien, il a pu mettre les gants avec l’ex-champion France des super-plumes, Anthony Rivière, son partenaire de club à Blagnac. Bref, les feux sont au vert.