Présentation de la Fédération

Chiffres clés

59 874 licenciés dont 17 436 féminines
917 associations et structure affiliées dont 810 clubs et 99 écoles de boxe
450 boxeurs professionnels
5 792 dirigeants, 2 252 techniciens, 1 676 officiels
18 comités régionaux (dont 13 métropolitains et 5 ultra-marins)
23 membres élus au Comité directeur fédéral
24 Cadres techniques nationaux
10 salariés

Présentation

HISTORIQUE DE LA BOXE

LES ORIGINES DE LA BOXE

La boxe moderne est apparue au XIXème siècle, elle prend cependant racines plusieurs millénaires en amont de cela, dans la Grèce antique. Le terme grec « pugmakhia », pour poings, désigne alors cette pratique de sport de combat dans laquelle ne s’utilisent que les poings, bandés par des lanières en cuir appelées « cestes ». Cette pratique est au programme des Jeux Olympiques dès 668 avant JC (23ème édition). Plus tard, elle apparaîtra également dans les jeux romains, sous le terme de « pugilatus » qui donnera l’appellation « pugilat », que l’on peut encore retrouver de nos jours pour désigner la boxe.

Après l’abolition des Jeux Olympiques en 394 par Théodose, l’un des premiers empereurs romains du christianisme, suite à leur instrumentalisation politique et leur décadence d’une véritable compétition vers un divertissement grotesque outil de la manipulation de masse de la population ; le pugilat sportif disparait et ne réapparaît à proprement parler qu’au XVIIIème siècle, en Angleterre.

L’ARRIVÉE DE LA BOXE MODERNE

Les premiers récits de combats de pugilat de l’ère moderne rapportent des combats clandestins destinés au divertissement de la noblesse britannique, avec très peu voir aucune règle. La pratique gagne cependant en popularité et, en 1742, le combattant anglais Jack Broughton, fonde une Académie et promulgue les «London Prize Ring Rules», les premières règles. On parlera alors de « bare-knuckle boxing » ou coups à poings nus et le ring fait son apparition pour délimiter la surface de combat, on interdit également d’attaquer un adversaire au sol. Si des bases réglementaires sont posées, nous sommes encore loin de la pratique actuelle, il n’y a, par exemple, pas de limite de temps.

Ce n’est que 149 ans plus tard, en 1891 donc, qu’une nouvelle évolution de la pratique est officiellement enregistrée. Le journaliste John Graham Chambers codifie les combats, les 16 règles qui en résultent portent le nom des « règles du Marquis de Queensberry ». L’Écossais John Sholto Douglas, 9e Marquis de Queensberry, contribua en effet de par sa notoriété à les diffuser à travers le Royaume-Uni puis le reste du monde. Parmi ces règles on retiendra notamment le port obligatoire des gants, la limite de temps de 3 minutes par round, l’interdiction des coups en dessous de la ceinture et l’avènement des catégories de poids. Ces règles sont, à quelques détails près, celles de la boxe actuelle.

LA BOXE DU XXeme SIECLE A AUJOURD’HUI

La boxe fait son retour aux Jeux Olympiques dès la troisième édition de l’évènement dans l’aire moderne, en 1904. On attendra cependant l’édition londonienne de 2012 pour voir le tournoi de boxe olympique présenter un tableau féminin. Cette compétition a permis à la boxe de revenir sur le devant de la scène en France et de voir émerger de grands champions, favorisant le développement de la pratique et en accroissant la popularité.

Si pendant longtemps en France la boxe a été perçue comme un sport violent, réservé aux hommes et aux classes populaires, les à priori sont en train de s’estomper et son exercice de se démocratiser à travers l’ensemble de la société grâce à la politique mise en œuvre par la FF Boxe. La Fédération s’attache en effet à promouvoir la boxe pour tous à travers différents types de pratique pouvant correspondre à tout le monde, en fonction des capacités et des objectifs. Ces pratiques sont : l’handiboxe, l’aéroboxe, la boxe loisir, la boxe éducative assaut, la boxe amateur et la boxe professionnelle.

La boxe est également organisée à l’échelle internationale dans deux types de pratique, la boxe amateur et la boxe professionnelle. La boxe amateur est celle pratiquée aux Jeux Olympiques, elle est régie par une fédération Internationale, des fédérations continentales et des fédérations nationales. Ensemble elles œuvrent à la démocratisation et au développement mondial de ce sport en mettant en place des règlements communs au niveau mondial et en organisant des compétitions internationales.
La boxe professionnelle répond à un code sportif différent de l’amateur et est la favorite des groupes de télévision pour sa spectacularité qui déchaîne la passion du public à très large échelle. Les boxeurs professionnels occupant le devant de la scène planétaire sont de véritables stars et les organisations de grande envergure sont des spectacles suivis à travers le monde entier et générant une économie considérable. Différentes fédérations décernent les titres internationaux, les boxeurs essayant de monter dans les classements de ces organisations jusqu’à pouvoir essayer de décrocher le titre mondial. Les principales organisations professionnelles sont : la World Boxing Council, l’International Boxing Organisation, la World Boxing Organisation, l’International Boxing Federation, la World Boxing Association

LA FF BOXE

Sa création

Alors que la boxe anglaise prend son essor outre-manche, elle reste clandestine en France où la boxe française (pieds-poings) est très populaire. Sa pratique est principalement promue par des étudiants revenants d’Angleterre ou des Etats-Unis et notamment Louis Lerda, qui, le premier, organisa un combat de boxe anglaise, au cours d’un gala de boxe française dans la désormais mythique salle Wagram de Paris, en 1900. 3 ans plus tard, 4 étudiants, pratiquant « l’anglaise » montèrent la Fédération française des sociétés de boxe, future Fédération française de boxe, permettant la structuration nationale de la pratique et sa sortie de la clandestinité en France. Parmi eux, Paul Rousseau devient le premier président de la Fédération, poste qu’il occupera de 1903 jusqu’en 1940. Suite à la création de la Fédération, de grandes rencontres de boxe anglaise sont organisées, notamment à la Grande Roue et au Cirque de Paris.

Elle obtient le 20 janvier 2005, l’agrément du Ministère chargé des sports. Elle est reconnue d’utilité publique par décret du 16 mai 2011. La Fédération française de boxe (FFBoxe) comprend 18 comités régionaux, organes déconcentrés déclinant la politique et le projet fédéral sur le territoire.

La FF Boxe est une fédération olympique comptant plus de 60 000 licenciés. Elle propose différentes modalités de pratiques adaptées aux âges, motivations de chacun et particularités des différents publics féminins et masculins : la Boxe professionnelle, la Boxe amateur/olympique, la Boxe éducative, la Boxe loisir, l’Aéroboxe et l’Handi-boxe. Avec son projet de développement D.E.F.I.S Boxe (Diversité-Education-Formation-Inclusion-Santé), la FFBoxe a structuré une politique fédérale en faveur des personnes en difficulté sociale.

La FFBoxe a pour vocation la pratique sportive de loisirs et de compétition. S’attachant à développer la pratique de la boxe pour tous, elle s’emploie à valoriser les principes de respect et de valeurs morales de chacun. Elle s’engage également à veiller à la promotion de la santé et à développer les principes de citoyenneté.

Elle a pour objet :

  • de développer, de promouvoir et de contrôler la pratique de la boxe en France et dans tous ses territoires ultra-marins et toute autre discipline de sports de combats (disciplines associées) 
  • d’organiser les compétitions sportives à l’issue desquelles sont délivrés les titres internationaux, nationaux, régionaux ou départementaux ;

  • de procéder aux sélections correspondantes ;

  • de proposer l’inscription sur les listes de sportifs, d’entraîneurs, d’arbitres et juges de haut niveau, sur la liste des sportifs Espoirs et sur la liste des partenaires d’entraînement ;

  • de regrouper les associations sportives affiliées ainsi que les structures sportives associées au sein desquelles est pratiquée la boxe ;

  • d’organiser, de développer, de réglementer, de contrôler, dans le cadre des textes législatifs et réglementaires en vigueur, la pratique, l’enseignement et la promotion de la boxe pour tous ;

  • d’édicter des règlements relatifs aux conditions juridiques, administratives et financières auxquels doivent répondre les associations sportives affiliées et les structures sportives associées pour être admises à participer aux manifestations sportives fédérales qu’elles organisent ;

  • de promouvoir parmi ses membres le respect de l’éthique sportive ;

  • de donner à ses membres, sans discrimination d’ordre politique, racial, religieux ou social, la possibilité de mettre en œuvre la pratique des activités liées à son objet avec le souci de contribuer à l’harmonieux épanouissement de la personne humaine, à l’intégration sociale et au développement de la citoyenneté ;

  • de veiller au respect de la charte de déontologie du sport établie par le comité national olympique et sportif français (C.N.O.S.F.) ;
  • de se référer, dans l’élaboration de sa politique, de ses règlements et de sa gestion, aux concepts du développement durable et de l’environnement ;

  • de représenter :
    • les associations sportives affiliées ;
    • les structures sportives associées ;
    • les membres licenciés et/ou associés ;
      pour assurer la défense des intérêts de la boxe auprès des pouvoirs publics, des instances judiciaires et de tout autre organisme ;

  • de procéder à toutes recherches et études relatives à son objet, de déposer ou d’acquérir tous brevets, modèles, marques, labels et plus généralement tous les droits de propriété industrielle, commerciale ou artistique, de procéder à la cession, à la concession ou à l’exploitation des licences desdits droits ;

  • plus généralement, de mettre en œuvre toute activité de nature à promouvoir la boxe.

Elle a reçu, à cet effet, par arrêté du Ministre chargé des sports, les délégations liées à ses activités et qui sont prévues par les dispositions législatives et réglementaires régissant l’organisation et la promotion des activités physiques et sportives.

Elle a son siège à Pantin au 14, rue Scandicci (Tour Essor – 8ème étage), en Seine-Saint-Denis.

Les Présidents de la FF Boxe

Paul ROUSSEAU de 1903 à 1940
Albert BOURDARIAT de 1940 à 1944
Roland RESCHE de 1945 à 1946
Emile GREMAUX de 1946 à 1959
Henri PATRIS de 1959 à 1966
Bernard RESTOUT de 1966 à 1995
Guy DEBUISSON de 1995 à 2002
Humbert FURGONI de 2002 à 2013
André MARTIN de 2013 à aujourd’hui

Grands noms de la boxe amateur française

Les champions olympiques français

Paul FRITSCH, 57 kg     Médaille d’or, 1920
Jean DESPEAUX, 72,5 kg Médaille d’or, 1936
Roger MICHELOT, 79,5 kg Médaille d’or, 1936
Brahim ASLOUM, 48 kg, Médaille d’or, 2000
Estelle MOSSELY, 60 kg, Médaille d’or, 2016
Tony YOKA, + 91 kg, Médaille d’or, 2016

Quelques grands noms de la boxe professionnelle française

Georges CARPENTIER Champion de France et d’Europe mi-moyens 1911,   Champion de France et d’Europe moyens 1912, Champion d’Europe des lourds 1913, Champion d’Europe mi-lourds 1919, Champion d’Europe lourds 1919, Champion du Monde mi-lourds 1920, dispute en 1921 le Championnat du monde poids lourds contre J. DEMPSEY
Eugène CRIQUI Champion de France plume 1921, Champion d’Europe plume 1922, Champion du Monde plume 1923
Battling SIKI Champion du Monde mi-lourds 1922
André ROUTIS Champion de France coq 1924, Champion du Monde plume 1928
Emile PLADNER Champion de France mouche 1927, Champion d’Europe mouche 1928, Champion du Monde mouche 1929
Marcel THIL Champion de France moyens 1928, Champion d’Europe moyens 1929, Champion du Monde (N.B.A.) 1932, Champion d’Europe mi-lourds 1934
Victor YOUNG-PEREZ Champion du Monde mouche 1931
Valentin ANGELMAN Champion du Monde IBU mouche 1936
Edouard TENET Champion du Monde IBU moyens 1936
Marcel CERDAN Champion de France mi-moyens 1939, Champion d’Europe mi-moyens 1941, Champion de France moyens 1941, Champion d’Europe moyens 1942, Champion du Monde moyens 1948
Robert COHEN Champion de France coq 1953, Champion du Monde coq 1954
Alphonse HALIMI Champion du Monde coq 1957
René JACQUOT Champion du Monde WBC super-mi-moyens 1989
Fabrice BENICHOU Champion du Monde IBF super-coq 1989
Taoufik BELBOULI Champion du Monde WBA lourds-legers 1989
Christophe TIOZZO Champion du Monde WBA super-moyens 1990
Gilbert DELE Champion du Monde WBA super-mi-moyens 1991
Anaclet WAMBA Champion du Monde WBC lourds-legers 1991
Thierry JACOB Champion du Monde WBC super-coq 1992
Daniel LONDAS Champion du Monde WBO super-plume 1992
Fabrice TIOZZO Champion du Monde WBC mi-lourds 1995
Laurent BOUDOUANI Champion du Monde WBC super-mi-moyens 1995
Jean-Baptiste MENDY, Champion du Monde WBC legers 1996
Kalid RAHILOU, Champion du Monde WBA super-legers 1997
Brahim ASLOUM, champion du monde WBA mouches 2007
Maïva HAMADOUCHE, championne du monde IBF 2016
Arsène GOULAMIRIAN, champion du monde WBA 2018
Nordine OUBAALI, champion du monde WBC coqs 2019

Statistiques fédérales