Search
Generic filters
Intranet
Boutique officielle

Titre : Deux podiums assurés

Partager cet article sur 
Retour aux actualités

Le 22 novembre, Marwan Mouflih (-57 kg) et Maelys Richol (-66 kg) ont réalisé un magnifique doublé en se qualifiant tous deux pour les demi-finales des championnats du monde juniors, à La Nucia, en Espagne.

Marwan Mouflih avait fort à faire avec le Polonais Kirill Globenko pour qui la puissance et la ligne droite sont les meilleures options. Dès lors, il convenait de la jouer fine. C’est pourquoi la consigne tactique était de prendre l’ascendant dès le premier round, de surcroît le plus largement possible, pour, ensuite, obliger son rival à se découvrir, l’Isérois devant alors gérer l’agressivité de son contradicteur en en décousant sur les jambes sans pour autant se déplacer aux quatre coins du ring. Un game plan, l’air de rien, loin d’être aisé et que l’Isérois a pourtant su appliquer à la lettre.

Dans la reprise initiale, il a donc pris les devants en faisant le pressing mais également en étant mobile du buste, en préparant ses attaques, en donnant des séries et en esquivant. En somme, en faisant étalage de son bagage technique pour le moins conséquent et de sa faculté à cadrer dans toutes les positions, que ce soit en avançant, en reculant ou en restant en face. En retard au pointage, Kirill Globenko s’est alors évertué, comme prévu, à rentrer en décochant des coups larges et en force, parfois même en se jetant, ce qui offrait beaucoup d’ouvertures au Berjallien. Du pain béni pour ce dernier qui a alors pu le contrer à satiété en occupant autant que possible le centre du ring. Une prestation appréciée par les juges qui lui ont accordé un succès amplement mérité (4-1).

Marwan Mouflih « à l’écoute » et Maelys Richol « en pleine confiance »

« Marwan est un garçon à l’écoute et qui est concentré, témoigne, avec une immense satisfaction, l’entraîneur national, Mohamed Taleb. Cela a de nouveau payé. Le fait qu’il ait l’assurance d’être sur le podium ne va rien changer le concernant. Il n’y a aucun risque qu’il se relâche car, dans sa tête, la compétition n’est nullement finie. C’est un gagneur. » Une vertu précieuse à l’heure d’aborder le dernier carré du tournoi.

Par ailleurs, les matchs se suivent et se ressemblent pour Maelys Richol qui, comme au tour précédent, n’a laissé aucune chance à la Mongole Namuundari Bayarjavkhlan. La Francilienne a réussi à la faire compter debout deux fois consécutivement suite à des enchaînements qui ont visiblement fait très mal à l’Asiatique. Le tout sans se précipiter et en déclenchant à sa distance pour s’assurer une efficacité maximale. Dans ces conditions, l’arbitre n’a eu d’autre choix que de mettre fin à cette confrontations à sens unique « Maelys se sent très bien et est en pleine confiance après ses deux victoires avant la limite », sourit l’entraîneur national, Elias Friha, conscient que l’Essonnienne peut aller au bout de son rêve planétaire.

Tout sur les championnats du monde juniors ici

Découvrez aussi
crossmenu
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram