Note de cadrage du Projet Sportif Fédéral

La nouvelle gouvernance du sport se généralise en cette année 2020 entrainant une répartition des compétences entre l’Agence nationale du sport (ANS) et le Ministère des Sports. L’ANS est dorénavant en charge de la haute performance et du développement des pratiques sportives.

La création de cette structure a entrainé de fait, la disparition du Centre National pour le Développement du Sport (CNDS) dont les services sont transférés au sein de l’Agence nationale du sport pour la gestion des fonds dédiés.

Dans ce nouveau contexte, les fédérations se trouvent davantage responsabilisées puisqu’elles doivent mettre en place des critères objectifs de répartition des fonds entre les comités et les clubs*, en proposant des actions permettant de décliner leur projet fédéral sur l’ensemble du territoire et en ayant une parfaite adéquation entre les actions et le financement.

Ce Projet sportif fédéral (PSF) traduit les orientations stratégiques fédérales de développement pour cette fin d’Olympiade, dans une logique de développement des pratiques pour tous pour l’ensemble du territoire métropolitain et ultramarin et de responsabilités sociale et environnementale.

Le PSF s’inscrit dans la même logique politique que la convention d’objectifs mise en place par la fédération à destination des Comités régionaux. Cette dernière permet d’avoir une unité dans la déclinaison des objectifs et des missions au sein de l’ensemble des structures fédérales. Elle propose un cadre d’actions adaptées et un accompagnement au plus près des clubs, en octroyant une aide humaine et financière facilitant ainsi la réalisation des objectifs fixés. Elle permet aussi une appropriation du projet fédéral par chaque comité régional, relai officiel de la Fédération sur l’ensemble du territoire.


*Excepté la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie Française, la Corse,
Saint-Pierre-et-Miquelon, Wallis et Futuna