Un calendrier électoral réaménagé

Le Comité directeur de la FF Boxe a entériné les nouvelles dates des divers scrutins aux différents échelons fédéraux. A vos agendas !

La pandémie de Covid-19, qui a touché le pays, a tout bouleversé, y compris le fonctionnement des instances sportives et la programmation des événements sportifs. Ainsi, le report d’un an des Jeux olympiques de Tokyo a-t-il entraîné de facto celui – de plusieurs mois – de la prochaine assemblée générale élective fédérale. Celle-ci est fixée au 20 mars 2021 et l’on procédera alors à la désignation de la nouvelle équipe dirigeante.

Avec, à la clef, le rétroplanning suivant : tout d’abord, la tenue, le 5 septembre, à Metz, de l’assemblée générale fédérale ordinaire initialement prévue le 27 juin. Celle-ci aurait pu, en théorie, être maintenue avant les vacances estivales, quitte à ce que ce soit à distance, en visioconférence. Le Comité directeur en a décidé autrement car outre une préoccupation sanitaire bien compréhensible, il souhaite une configuration en présentiel.

Une AG ordinaire à la formule inédite

Pourquoi ? Parce que sa formule sera inédite avec, à la clef, un véritable temps d’échanges par nature interactif. En effet, elle ne se limitera non plus à une matinée mais s’étendra sur la journée entière. Ce qui permettra des débats plus longs et approfondis mais également l’organisation, l’après-midi, de tables rondes dont les thèmes sont en passe d’être finalisés. L’idée est simple : profiter de cette dernière AG de la mandature pour balayer en profondeur les principaux sujets qui impactent la discipline, a fortiori en cette année 2020 si particulière.

Conséquence calendaire : les élections au sein des comités régionaux, lesquelles débouchent sur l’élection des délégués habilités à siéger et à voter lors de l’AG élective fédérale, auront lieu entre le 7 septembre et le 30 novembre. Quant aux élections au sein des comités départementaux, elles pourront se dérouler au cours d’une période rallongée allant du 2 janvier dernier au 30 novembre. A noter que les résultats de celles qui ont été achevées dès avant le confinement sont considérés comme acquis. Il n’y a en effet aucune raison de revenir sur cette expression démocratique.