JO de Tokyo : ça semble bien parti…

S’il paraît acquis que les prochains Jeux olympiques ne se dérouleront pas dans la configuration classique qui a été celle des précédentes éditions, il est de plus en plus probable qu’ils aient lieu. Ce qui est déjà un moindre mal.

Une « lumière au bout du tunnel » : les mots du vice-Président du Comité international olympique (CIO), John Coates, ont les allures d’une lueur d’espoir. Il a en effet assuré que les Jeux olympiques de Tokyo se tiendront bel et bien lieu l’an prochain, indépendamment de la pandémie de Covid-19, « avec ou sans » coronavirus. Ils débuteront normalement « le 23 juillet de l’année prochaine ». « Ce seront les Jeux qui auront vaincu le Covid, a prédit John Coates. Avant le Covid, Thomas Bach (le Président du CIO, N.D.L.R.)  avait déclaré que c’étaient les Jeux les mieux préparés que nous ayons jamais vus. Les sites sont maintenant terminés. Le village est incroyable. Tout va bien. » Les autorités nippones sont sur la même longueur d’ondes tant elles ne veulent pas que l’événement soit reporté une seconde fois. Il devra être effectif l’année prochaine « par tous les moyens », a d’ailleurs averti la Gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike.

Limitation du nombre de spectateurs et distanciation sociale

De son côté, Thomas Bach s’est dit « très satisfait et heureux » du travail effectué par les pouvoirs publics japonais. « Dans les prochaines semaines, nous aurons des discussions importantes sur les contre-mesures à prendre liées à la crise du Covid, a-t-il précisé. Nous continuerons de suivre les principes qui ont prévalu à toutes nos décisions, à savoir organiser des Jeux olympiques dans un environnement sécurisé ». Ce qui implique de faire preuve de flexibilité : « On ne sait pas à quoi le monde ressemblera demain. Le groupe de travail sur les Jeux se prépare à différents scénarios destinés à garantir un environnement sûr pour toutes les personnes impliquées l’été prochain. Il est trop tôt pour dire lequel prévaudra. » Il est néanmoins question de proposer des Jeux « simplifiés » avec, éventuellement, une limitation du nombre de spectateurs tandis que « la distanciation sociale est à l’étude ». Toujours est-il que le Président du CIO se veut « prudemment optimiste » et mise sur les progrès réalisés d’ici là par la recherche en matière de tests rapides, voire de vaccin, lequel « ne sera pas le remède miracle mais pourra grandement faciliter l’organisation des Jeux »« Et si nous avons besoin d’une quarantaine pour assurer la sécurité de tous, on aura une quarantaine », a-t-il affirmé. Mieux vaut cela qu’une annulation pure et simple des JO, laquelle serait inédite en temps de paix.