Jean Capel, le souvenir d’un homme bien

L’ancien entraîneur du Ring olympique catalan, à Perpignan, est décédé le 30 mars, à l’âge de quatre-vingt-treize ans. Il laisse la trace d’un technicien exemplaire sur tous les plans dont la compétence n’avait d’égal que le goût des autres.

Jean Capel a très tôt eu la vocation du partage et de la transmission. Sa carrière dans les rangs amateurs ne resta pas dans les annales. Qu’importe tant sa priorité était ailleurs : en l’occurrence, éduquer ses ouailles à la chose pugilistique, leur en faire découvrir les subtilités autant que les fondamentaux. Une ligne de conduite intangible qui lui fit enseigner dans les plus grandes salles de la Capitale, en particulier celles de deux managers majeurs des Sixties et des Seventies que furent Jean Bretonnel et Philippe Filippi. Ses compétences et sa propension à se rendre accessible expliquent aussi qu’il fut conseiller technique, auprès de réalisateurs de cinéma, pour ce qui est des scènes de noble art. Avec, de surcroît, des acteurs de renom à l’affiche, Jean-Paul Belmondo, Patrick Dewaere, Guy Marchand et consorts.

A l’orée des années quatre-vingts, il fut muté à Perpignan, lui qui était employé à la Compagnie générale des eaux. En quête d’un technicien aguerri, le Ring olympique catalan (Roc) ne laissa pas passer l’opportunité de l’enrôler. « C’était un entraîneur à l’ancienne dans le sens le plus flatteur du terme, se remémore Marie-Lise Rovira, Secrétaire générale de la FF Boxe qui a côtoyé le défunt. Il était notamment d’une extrême courtoisie. Avec ses élèves aussi, il avait de la tenue. Il ne versait jamais dans la familiarité et attendait d’eux qu’ils soient respectueux. »

Un homme simple et compétent

« C’était le sage avec l’expérience qui va avec »

« Jean Capel était reconnu dans le monde de la boxe, renchérit Nouredine Benguedach, Président du Roc. Le Roc a bénéficié de son professionnalisme, en particulier pour former et accompagner plusieurs compétiteurs et champions catalans vers les sommets tels Michel Coma et Mickael Diallo. C’était le sage avec l’expérience qui va avec. Il professait une boxe technique de styliste, toujours dans le fair-play. En somme, il défendait les valeurs de la boxe. Sur le plan humain, c’était quelqu’un en or. Je ne l’ai jamais entendu dire du mal de qui que ce soit. Il était à la fois d’une grande gentillesse et d’une grande humanité. »

Jean Capel avait également créé les Ceintures de la ville de Perpignan. Lui qui incarnait la bienveillance et la probité avait cessé de donner la leçon au début des années deux mille parce que sa santé défaillante ne le lui permettait plus. C’est avec une grande tristesse que la Fédération et son Président adressent leurs plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.