TQO de Londres : Samuel Kistohurry donne le ton

Premier Tricolore à entrer en lice, samedi 14 mars, l’Aquitain (-57 kg) n’a pas tremblé à l’heure d’affronter le Roumain Robert Eusebiu Jitaru qu’il a battu sans appel (5-0), en seizièmes de finale du Tournoi de qualification olympique.

Samuel Kistohurry avait affaire à un adversaire qu’il connaissait pour l’avoir déjà affronté et difficilement dominé, il y a quelques semaines, lors d’un récent tournoi international en Hongrie. Ce qui l’a sans doute incité à faire preuve, dès l’entame, à la fois d’envie et de vigilance. « Le Roumain sort des rangs juniors et a des qualités. Il est prometteur et sera très bon, explique John Dovi, manager général de l’équipe de France senior masculine. Par rapport à ce qu’il avait fait en Hongrie, il a changé de tactique en voulant boxer sur les jambes et en acceptant de reculer mais il a subi la pression de Samuel qui est très bien entré et dans son tournoi et dans son combat. On l’a senti très motivé. Après une période de doute, l’été dernier, au cours de laquelle il n’était pas au mieux, il n’a pas lâché et a continué à travailler. Si bien que l’on a retrouvé le Samuel que l’on connaît, conquérant, autoritaire sur le ring et capable de varier ses actions. »

Une performance qui instaure une dynamique positive

Résultat, le sociétaire de l’Ussap Boxe de Pessac a fait parler sa puissance supérieure. « Jitaru délivrait beaucoup de coups et arrosait si je puis dire tandis que Samuel faisait la différence à chaque fois qu’il en donnait un et qu’il déclenchait, résume John Dovi. Il a également su bloquer et remiser pour toucher de façon plus nette. Le tout en étant bien protégé et en travaillant systématiquement à la bonne distance. » Compact, précis, concentré, conquérant, ne négligeant pas les moyens de défense et écoutant les consignes du coin : en un mot comme en cent, le Français a livré une copie parfaite malgré un léger passage vide dans la deuxième reprise. Et même lorsqu’il s’est permis d’être un peu plus relâché à la fin du troisième round, une fois qu’il avait pris la mesure de son rival, il n’est pas tombé dans le péché d’orgueil ni dans la facilité.

Sa performance est évidemment importante pour le groupe France tant elle instaure une dynamique positive et est de nature à faire des émules. Encore une victoire et il verra Tokyo.