TQO de Londres : Florentin OK, Ntambwe KO

Le 15 mars, en seizième de finale, le jeune Wilfried Florentin (-91 kg) a brillé pour l’emporter tandis que Gaëtan Ntambwe (-81 kg), cueilli à froid, s’est incliné avant la limite.

La valeur n’attend pas le nombre des années. A dix-huit ans, Wilfried Florentin en est l’illustration. Pour ses grands débuts à ce niveau, dans une compétition aussi relevée, il a brillamment étrillé (5-0) le Letton Nikolajs Grisunins, envoyé au tapis et compté dès le round initial. « Pourtant, Wilfried, comme cela lui arrive parfois, a eu un peu de mal à entrer dans le combat même s’il n’était pas tétanisé par l’enjeu. Cependant, dès qu’il s’est mis à accélérer, il a fait la différence, résume John Dovi, manager général des équipes de France seniors masculines. C’est la puissance qui a été la clef. En effet, à chaque fois qu’il le touchait, Grisunins était ébranlé quand bien même s’efforçait-il de garder sa distance en tendant son bras avant. Wilfried, lui, n’a fait qu’avancer intelligemment, les mains bien hautes, sans se jeter et en donnant beaucoup sa droite car cela fonctionnait bien. Face à un boxeur qui reculait, il a marqué son territoire. Il a rapidement maîtrisé son sujet et mené les débats de bout en bout en étant offensif et en gérant bien les choses. » Désormais, l’objectif est d’atteindre les demi-finales pour avoir l’assurance de défendre les couleurs de la Patrie au Japon.

« Gaëtan s’est fait contrer et n’a pas récupéré. Ensuite, cela va vite… »

En revanche, Gaëtan Ntambwe a connu un sort moins heureux devant le Russe Imam Khataev. Un adversaire contre qu’il s’était déjà incliné avant la limite, il y a an, et face à qu’il avait récemment disputé un test-match en se montrant à son avantage. Hélas, dans la capitale londonienne, le duel a tourné court. « On sait que le Russe est très fort physiquement dès le premier coup de gong et qu’au fil des minutes, il fatigue, explique John Dovi. La tactique était de rester près de lui pour l’empêcher de donner la pleine mesure de sa puissance. Hélas, Gaëtan s’est fait toucher dans la première reprise quand Khataev a reculé pour reprendre ses distances. On se doutait que le combat serait compliqué. Il était donc très concentré avec les mains bien hautes mais il s’est fait contrer et n’a pas récupéré. Ensuite, cela va vite… » De fait, après être allé deux fois à terre, le Nordiste était de nouveau en fâcheuse posture et l’arbitre l’arrêtait logiquement.