Mehdi Sellami s’empare du titre national

Mehdi Sellami (15 v, 2 d) est devenu champion de France des poids légers en battant aux points par décision majoritaire (96-95, 95-94, 95-95) Meryl Vegas (22 v, 6 d, 1 n) samedi 23 juillet à Fontenay-Sous-Bois.

Le champion en titre, Sabri Sediri ayant déclaré forfait il y a trois semaines, la ceinture était vacante et c’est donc logiquement le boxeur classé n°1 qui a été désigné pour être co-challenger avec le fontenaysien.  «Je n’avais pas analysé le style de mon adversaire, j’estime que changer la stratégie à trois semaines d’un évènement comme le championnat de France, c’est un peu comme se tirer une balle dans le pied », indique Mehdi Sellami. Passer d’un boxeur frappeur et dangereux comme Sabri Sediri à un autre moins frappeur mais non moins talentueux pouvait s’annoncer périlleux. Le boxeur entrainé par les Labdouni père et fils, confie qu’il avait déjà son plan bien en tête, « je savais qu’étant challenger du champion, j’aurais dû mettre de l’intensité physique et du rythme, c’est ce que j’ai fait contre mon adversaire samedi. Le fait que Meryl Vegas soit gaucher a quelque peu changé la donne, je le suis également. Son palmarès parlait pour lui, il a beaucoup plus de combats et donc de victoires que moi. Il a aussi 10 ans de moins, à 37 ans, on ne réagit pas forcément aux coups aussi bien qu’à 30 ans ».

Le combat fut disputé et serré comme l’indique les pointages des officiels, Mehdi Sellami analyse avec une grande lucidité et modestie sa prestation, sans se cacher, «ce fut plus compliqué que je ne l’attendais. Je ne m’étais pas préparé à avoir un combat facile, je savais que Meryl n’était pas un « peintre », on n’arrive pas à ce niveau-là par hasard. J’aurais bien sur préféré le surclasser encore plus, gagner la ceinture face à un excellent adversaire, valorise ma victoire. Selon moi, le pointage reflète la physionomie du combat, je pense avoir gagné les trois premiers rounds, il remporte ou je ne prends pas les trois suivants. Ce sont des reprises serrées mais lors des dernières, il n’y a plus eu de calcul, ni de stratégie. J’ai avancé et encore avancé, ce n’est pas une boxe que j’affectionne particulièrement, j’ai dû dénaturer mon style pour décrocher le titre ».

Crédit photo: Franck RENAUD

Mehdi Sellami a consenti beaucoup de sacrifices pour arriver à ce niveau, il confie avoir perdu du temps ces dernières années en super-plumes, avec des choix pas toujours judicieux et des opportunités qui ne sont pas venues, «j’assume totalement », déclare-t-il. On évoque l’avenir avant que le champion de France n’aille retrouver les siens pour des vacances bien méritées et déconnectées de la boxe. « Je suis ouvert aux propositions, à mon âge je n’ai pas de temps pour les calculs, nous défendrons le titre et si j’avais une chance pour l’union européenne, je la saisirais bien évidemment ».