La promesse de Georges Ory

Ce jeudi 30 juin à l’IceParc d’Angers, Georges Ory (14 v, 3 d, 1 n)  disputera le championnat du monde IBO des poids super-mouches face au mexicain Rosendo Hugo Guarneros (19 v, 4 d, 2 n).

Il y a trois ans, quelques mois après la perte de son titre européen sur blessure face à Karim Guerfi et avec l’arrivée de la Covid 19, l’angevin a failli tout arrêter, « j’étais en train de parler avec mon épouse, confie Georges Ory. J’avais pris 13 kgs, la crise sanitaire s’était installée, j’avais rompu avec mon ancien club, plus de préparateur physique, c’était compliqué, je n’en pouvais plus. Le soir, ma fille qui a 10 ans et qui pratique la boxe, pleurait dans un coin, elle avait entendu notre conversation, elle me rappela que je lui avais promis qu’un jour je ferai un championnat du monde, le lendemain matin, j’étais sur le tapis en train de courir ».

« Tino » Ory a retrouvé l’envie et la motivation pour repartir de l’avant avec toujours l’objectif d’aller aller le plus haut possible. Pas de paroles ou déclarations tapageuses de la part de cet homme bien structuré qui avoue fuir les polémiques qui  alimentent  les réseaux sociaux, mais des actes concrets pour se donner les moyens de réussir à atteindre ses objectifs. L’ex champion d’Europe est un athlète qui compte dans la région des Pays de La Loire et s’il n’aime pas se mettre en avant, il convient d’indiquer que grâce au sérieux et à la qualité de l’équipe d’une vingtaine de personnes qu’il a réunies autour de lui,  son championnat mondial IBO sera le premier évènement hors sports de glace à avoir lieu à l’IcePark, une patinoire flambant neuve et référencée comme étant la plus belle du pays. Georges Ory a créé une association en s’entourant de gens influents et disposant de moyens financiers et structurels,  « J’ai fait la connaissance de Mr Gilles Portejoie qui est devenu président de cette association, il a mis en place la structure de notre Team. Les Ducs d’Angers* m’ont fait part de leur désir de travailler avec moi et c’est comme cela que le projet d’organiser un grand évènement de boxe à l’IceParc est né ». La notoriété du champion dans sa bonne ville d’Angers est telle que des personnalités telles que Mr Edouard Philippe, ex 1er ministre avec  qui Georges Ory a mis les gants, sont attendues jeudi soir.

L’ex champion de France et d’Europe ne craint pas l’adversité mais son revers face à Karim Guerfi l’a définitivement convaincu  de changer de catégorie. Sa défaite l’aurait contraint à patienter longtemps pour une nouvelle chance en poids coqs où il y a pléthore de boxeurs à l’échelon européen. Etant désavantagé par un déficit de taille et d’allonge en poids coqs, il a opté pour la division des poids super-mouches en faisant le pari d’y être encore plus performant. Seul bémol, les poids super-mouches ne sont pas reconnus en France et en Europe.

« C’est la boxe mexicaine à l’état pur« 

de g à d: Yoann Bloyer, Nicat Mammadov, Georges Ory, Karim Benchaa

« Ce sont de gros sacrifices et de gros efforts mais vu ma morphologie, je suis persuadé que le jeu en valait la chandelle et puis j’ai eu rapidement une opportunité en super-mouches. J’ai trente ans et je n’ai pas de temps à perdre, c’est la bonne solution. On a bien réfléchi avec mon promoteur Gérard Teysseron, si je gagne jeudi, je serais surement bien classé par les autres fédérations.  Je me suis entrainé dur pour ce championnat du monde IBO, je me prépare depuis trois mois et demi, avec des sparrings de qualité tels que Santiago Eusebio, Jeremy Parodi et Thomas Barbier, sous la direction de Yoann Bloyer mon entraineur ».

Face à lui se dresse le mexicain Rosendo Hugo Guarneros, un adversaire dont il conviendra de se méfier. Georges Ory, ex pensionnaire de l’équipe de France côtoie le haut niveau depuis longtemps, perfectionniste jusqu’au bout des ongles et passionné par son sport, il a observé et analysé son adversaire de jeudi, « c’est la boxe mexicaine à l’état pur, par contre ce n’est pas très bien organisé. C’est un pur attaquant, ce qui n’est pas pour me déplaire moi qui est un contreur, je vais m’adapter en misant sur ma défense et ma précision. Mais il faudra rester prudent, on connait la dureté des mexicains dans les petites catégories. On a été réglo avec lui, il a été prévenu tôt et il a eu plusieurs mois pour se préparer, donc je m’attends à un solide rival ».

La suite ? Son humilité naturelle l’empêche de se prononcer, seulement Georges Ory a promis à sa fille…

*Nom de l’équipe de hockey sur glace de la ville