Anthony Rivière voit plus grand

L’Occitan (10 v, 1 n, 3 d) briguera, ce samedi, de l’autre côté des Pyrénées, la ceinture de l’Union européenne des super-plumes détenue par l’Ibère Juan Felix Gomez (11 v). Dur mais loin d’être infaisable, surtout quand on connaît l’implication de l’ex-champion de France de la catégorie.

Faute d’opportunité en ces temps de Covid-19, le protégé de Mohamed Bennama n’est pas remonté sur un ring depuis son championnat de France dantesque remporté, en mars 2021, devant Khalil El Hadri. Il ne s’en inquiète pas : « Quand on voit la qualité des sparring-partners la salle, cela ne me gêne pas. Cela m’a permis d’acquérir de l’expérience. J’ai effectué des mises de gants de haut niveau, sur dix ou douze rounds, notamment avec Samir Ziani et Ziane Abdelouhab. D’ailleurs, la préparation s’est très bien passée, y compris la gestion du poids. Je sais que je suis prêt, si bien que j’aborde cette échéance sereinement. » D’autant que durant ces longs mois, celui qui, avec l’aide d’une poignée de sponsors, se consacre désormais pleinement à son sport et qui, pour cela, a démissionné de son emploi de terrassier, a continué à développer l’une de ses qualités premières qu’est l’explosivité mais également la puissance pour être en capacité d’abréger plus tôt les débats. Le but est de se donner les moyens d’aller le plus haut et le plus loin possible en s’investissant sans réserve.

« A mes yeux, c’est jouable, j’y vais sans hésitation  » 

Des atouts qui s’avèreront utiles à l’heure de défier l’Espagnol au profil hybride. « C’est quelqu’un d’intelligent, qui peut être à la fois bagarreur ou un peu fuyant, analyse Anthony Rivière. Il gère en fonction de son avance aux points. Il est malin, pas toujours académique et gênant dans sa façon de boxer. En revanche, techniquement, je pense être supérieur à lui. A mon avis, il est un peu moins fort que Khalil El Hadri mais je ne m’attends pas pour autant à ce que ce soit plus facile. Ceci étant, à mes yeux, c’est jouable. J’y vais sans hésitation. » En espérant que le retour soit à l’unisson de l’aller.