Search
Generic filters
Intranet
Boutique officielle

Arsen Goulamirian reste champion du monde

Partager cet article sur 
Retour aux actualités

Ce soir au Cannet et en direct sur Canal +, après douze rounds âprement disputés, l'invaincu Arsen Goulamirian (27 v) a conservé son titre mondial WBA des lourd-légers en battant aux points (117-111, 117-111, 116-112) le Russe Aleksei Egorov (11 v, 1 d).

Le promoteur Yohan Zaoui (Y12 Boxing) a réussi son pari de présenter une soirée de haut standing international où tous les combats ont tenu leurs promesses. Le championnat du monde des lourd-légers a conclu en apothéose cette belle réunion de boxe. Difficile d’imaginer que ces deux champions aient été privé de combats depuis trois ans tant l’intensité physique et le niveau de boxe furent élevés. Pas de temps morts et peu d’accrochages dans une catégorie de poids où ils sont trop souvent légion.

Aleksei Egorov est apparu sans complexe et déterminé à ravir le titre au Français, il a dominé le début de combat avec son bras avant et ses courtes droites à la face. Le champion était tendu, cherchant ses repères et ne parvenant pas à s’organiser. Le Russe passait toujours la même combinaison, crochet gauche et courte droite à l’intérieur, des coups sans véritable puissance mais suffisamment précis pour que les points s’accumulent sur les cartes des juges. L’activité et le débit de coups du challenger gênaient considérablement Arsen Goulamirian et les trois premiers rounds étaient à l’avantage du Russe.

Les deux boxeurs se livraient de durs échanges à mi-distance, une véritable épreuve de force entre deux hommes forts où ni l’un ni l’autre ne voulait reculer. A ce jeu du « à toi, à moi », Arsen Goulamirian a peu de rivaux au monde susceptibles de le faire plier, Aleksei Egorov cédait peu à peu du terrain, le Français resserrait sa garde, il prenait moins de coups et imposait sa puissance de frappe. Au 6eme round, une droite du champion du monde transperçait la garde du Russe, lors de la reprise suivante, on retrouvait le « Feroz », celui qui lamine ses rivaux avec de puissants crochets des deux mains.

"J’ai vu ce qu’il me restait à travailler "

Photo @Facebook Arsen Goulamirian

Lors de la 8éme reprise, Arsen Goulamirian confirmait son main mise sur les débats, un enchainement crochet gauche en bas et remontée à la tête contraignaient son adversaire à s’accrocher. Le combat se durcissait encore au cours des rounds suivants, Aleksei Egorov donnait quelques signes de fatigue, il était éprouvé au 10eme par un dur cross du droit et il encaissait un enchainement crochet gauche-uppercut gauche lors de l’avant dernière reprise. Le champion du monde contrôlait le 12eme et dernier round pour conserver son titre.  «  Je ne suis pas satisfait de mon combat même si je suis content de ma victoire, a déclaré Arsen Goulamirian au micro de Canal+, il y a eu les trois ans d’arrêt et j’étais crispé au début. J’ai vu ce qu’il me restait à travailler, j’ai manqué de sparrings, l’essentiel reste que la ceinture reste là, j’espère retrouver Abel Sanchez pour mon prochain combat ».

Avec ce retour victorieux, l’avenir s’éclaircit pour Arsen Goulamirian qui peut légitimement songer à des combats d’unification contre les autres champions que sont l’Anglais Lawrence Okolie WBO, le Congolais Illunga Makabu WBC et l’Australien Jai Opetia IBF.

Découvrez aussi
crossmenu
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram