Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Actu boxe pro

Deriew championne de cœur

Boxe professionnelle
Le 15 Avril 2018

 

La Française Oshin Deriew est devenue championne du monde WBF des super-léger en battant aux points (100-90, 99-91, 100-90) la Dominicaine Lina Tejada, samedi soir à Hénin-Beaumont (Hauts-de-France), devant un peu plus de 800 spectateurs venus assister à cette belle manifestation sportive.
 
 
La délivrance pour Oshin Deriew, nouvelle championne WBF
 
Bien que véritable guerrière sur le ring, Oshin Deriew a du cœur. Elle est la marraine d’une association « une oreille de cœur » pour qui elle œuvre afin d’obtenir des fonds pour aider la petite Élise, âgée de 6 ans, à se faire opérer d’une atrésie-microtie aux États-Unis. Ceux qui souhaitent aider cette association peuvent le faire en envoyant un don (adresse email : uneoreilledecoeur@gmail.com). Vous pouvez également contacter les parents Mr et Mme Lebrun au 07 83 34 67 98.
 
Deriew reine WBF
 
 
Le championnat du monde WBF a démarré sur un petit tempo. La Française tente de faire reculer son adversaire avec son bras avant et distille de temps en temps quelques timides droites qui arrivent souvent dans les gants. La dominicaine réplique par quelques droites gauches puissantes qui sont données à l’aveugle. Après deux rounds d’observation, le duel monte en intensité. Les deux boxeuses commencent à distribuer plus de coups. La nordiste décide d’emballer le match et telle une « mitraillette » elle distille sans toutefois faire mouche ou que trop rarement. Lina Tejada (11 succès dont 9 par avant la limite, 5 revers) tente de mettre en difficulté son assaillante par des coups puissants mais la machine à avancer continue son travail de sape à mi-distance. Oshin Deriew (8 succès, dont 4 expéditifs) est de mieux en mieux. Les rounds s’enchaînent et ne changent pas de physionomie. L’Héninoise a dominé les débats et s’empare logiquement de la ceinture tant convoitée de championne du monde WBF de la catégorie.
 
 
Oshin Deriew : « Je suis très heureuse. Le travail a payé. Nous avons mis avec mon team une tactique et celle-ci a bien fonctionné. Je devais cependant faire attention car elle est puissante et dangereuse. Tout ne fut pas parfait mais voilà, je suis championne du monde et ce devant mon public et mes amis belges venus en nombre pour me soutenir ».
 
Kazatov : débuts prometteurs
 
 
L’Héninois Adam Kazavatov (1 succès), qui faisait ses débuts chez les professionnels, a montré de belle qualité technique. Durant les deux premiers opus, il a jaugé son adversaire avec son bras avant parfois suivi de quelques crochets droits en haut et en bas. À l’entame du 3ème round, le serbe Nikola Mancic (2 revers) montre des signes de fatigue. Il est dépassé par la vitesse du local qui ne cesse de distiller sur tous les plans. Le Français, plus précis, remporte logiquement aux points.
 
Adam Kazatov : « J’aurais souhaité finir avant la limite. J’ai eu affaire à un adversaire solide. Je suis assez satisfait pour ma première chez les professionnels. J’ai été appliqué sur les fondamentaux ».
 
Santoro en patron
 
 
L’Héninois Enzo Santoro (2 succès) tente dès les premières secondes à durcir le combat. Ses coups puissants font parfois vaciller son adversaire mais celui-ci ne lâche pas. Dimitrije Djordjevic (11 revers, 1 nul) lui réplique avec ses armes par de petites droites qui n’atteignent que trop rarement leurs cibles. Dans le 3ème acte, le Tricolore accentue son pressing, se jette sur son belligérant lui distillant au passage de terribles enchaînements. Dur au mal, le serbe encaisse mais ne rompt pas. Enzo Santoro s’impose à l’unanimité des juges.
 
Enzo Santoro : « J’ai un peu trop cherché le coup dur ce soir. Je voulais bien faire mais mon adversaire a toujours été présent. Il a été solide. Quant à moi, je suis assez satisfait de mon combat. Il me reste encore des progrès à faire ».
 
Kamel Benyattou l’exécuteur
 
 
Le Français Kamel Benyattou fait une entrée tonitruante chez les professionnels (1 succès avant la limite). Au début du combat, l’Héninois est attentiste. Il agit en réaction et profite des errances de Marko Nastic (6 revers) en défense pour lui administrer quelques crochets droits. Le Serbe est toutefois menaçant par ses larges gauches qui arrivent parfois à destination. Dans le 3ème opus sur un terrible crochet droit, le Nastic est électrifié. L’arbitre décide de mettre fin à son calvaire.
 
Kamel Benyattou : « J’ai été un peu gêné par les nombreux accrochages. J’ai essayé de travailler à mi-distance, en sortie mais à chaque fois il s’accrochait. Le travail a fini par payer. Je suis assez satisfait de mon combat même si tout ne fut pas parfait ».
 
Carlier pulvérise Lecomte
 
 
Il n’a fallu que 2 minutes à Dylan Carlier (4 succès, dont 1 expéditif) pour se défaire de son adversaire Jimmy Lecomte (1 succès, 3 revers). Le boxeur de Louvroil est parti pied au plancher et, sur un enchaînement bras arrière suivi d’un crochet gauche au menton, il envoie au tapis son assaillant. Le pugiliste de Béthune aura bien du mal à se relever.
 
Dylan Carlier : « J’espère un K.-O. et celui-ci est arrivé plus tôt que je l’avais envisagé. Je suis très satisfait de mon combat ».
 
Douadi aux forceps
 
 
Pas de round d’observation entre les deux invaincus, les deux hommes se rendent coup pour coup. Laid Douadi (13 succès, dont 2 avant la limite, 1 nul) tente de durcir le duel par des enchaînements dont il a le secret. Quant à Kani Mohamed (13 victoires, 1 revers), il réplique par des uppercuts rentrants suivis souvent d’une gauche. Dans le 3ème acte, le combat monte en intensité. Le Nordiste continue d’avancer et de distiller de terribles séries mais le Montpelliérain ne bronche pas, mieux même il se montre très présent. Dans la reprise suivante, l’Héninois recule et sur une petite feinte en bas, il se fait surprendre par une puissante gauche au visage. Le Sudiste est de mieux en mieux tandis que le local commence à donner quelques signes de fatigue. Il se reprend bien dans l’acte suivant. Quelle confrontation ! Dans le 6ème, Kani sur une nouvelle gauche à la tempe fait vaciller Douadi mais ce dernier, tel un taureau, revient rapidement dans son combat. Les débats sont équilibrés mais c’est finalement le boxeur des Hauts-de-France qui s’impose aux points. Ce soir, il n’y a pas un vainqueur mais deux. Bravo à eux pour le spectacle qu’ils ont offert.
 
Laid Douadi : « Avec les entraîneurs on avait mis en place une tactique qui était de laisser venir pour mieux le contrer mais ça n’a pas été simple. Il a toujours été présent. Ce fut un combat compliqué et difficile. On ne peut que féliciter mon adversaire. Physiquement, j’étais prêt maintenant, il me reste encore des domaines à travailler et notamment la défense ».
 
Par Stéphane Lefeuvre

 

 

 

Share |