Le haut-niveau remet le bleu de chauffe

Ce mardi 2 juin, les athlètes de l’Equipe de France de boxe ont pu reprendre le chemin de l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP), haut lieu de la préparation des Bleu(e)s. Un premier stage dans des conditions particulières certes, mais nécessaire pour amorcer la reprise après plusieurs semaines de confinement et préparer au mieux la prochaine saison qui se profile.

Une reprise en douceur

Les Equipes de France féminine et masculine reviennent aux affaires. Cependant, pour limiter le nombre de personnes présentes sur les installations, un programme dissocié a été mis en place. Pour les Bleus, c’est d’un stage de 10 jours dont il est question « Le but du stage est de rassembler le groupe, de réactiver le lien et l’esprit d’équipe qui uni nos boxeurs pour que l’on soit dans les meilleures conditions pour aborder la prochaine saison et ses échéances à la rentrée. » explique John Dovi, manager de l’Equipe de France. Il a ainsi rassemblé 11 boxeurs, dont les 8 présents à Londres pour disputer le tournoi de qualification olympique. Le programme de ce stage est adapté à son objectif et au mode de fonctionnement particulier de l’INSEP pour cette période. « Les deux premiers jours ont été dédiés aux tests médicaux et à un bilan physique, raconte le manageur, électrocardiogramme, prise de tension, kinesthésie… le nécessaire a été fait pour s’assurer que tout le monde était en bonne santé et apte à reprendre l’activité sportive, ce qui est le cas. »

 Si l’objectif et les moyens sont les mêmes pour le collectif Femmes, Anthony Veniant, l’entraîneur, procède différemment « Nous allons d’abord rassembler les filles à l’INSEP en groupes réduits de 5 ou 6 boxeuses, sur des périodes de 2 jours, pour faire le bilan de santé. Pour ce qui est de la réathlétisation et de la cohésion de groupe, un stage a été organisé à Dinard, avec le soutien du Comité régional de boxe breton, du 12 au 22 juin. Ce sera l’occasion de mettre en place des activités qui sortent du quotidien, des sports d’eau vive ou de la course d’orientation par exemple »

Ça fait du bien de retrouver le groupe 

Sofiane Oumiha

Le capitaine de l’Equipe de France, Sofiane Oumiha, est remonté depuis Toulouse, où il réside, pour ce premier rassemblement physique depuis le 17 mars et l’interruption du TQO londonien « ça fait du bien de retrouver le groupe. Après plusieurs mois à distance, chacun de son côté cela peut être dur de rester mobilisé, même si nous avions des rendez-vous réguliers sur les applications. Quand on se retrouve ensemble, cela crée directement une émulation collective et permet de se focaliser sur l’objectif, sur Tokyo. » L’interruption de la course olympique aura, en effet, été la plus grande frustration de cette période pour les athlètes, John Dovi nous fait part de son ressenti : « Quand on est prêt pour un événement de cette importance, au prix de longs mois de préparation, qu’on est même déjà lancé dans la compétition, ne pas pouvoir aller au bout est forcément un coup dur. Malgré cela, le groupe a fait preuve de sérieux, le programme d’entrainement à distance a été respecté et les boxeurs sont revenus avec de l’envie. On ne peut de toute façon pas dire que l’on ait pris du retard car le rendez-vous pour les qualifications olympiques est encore loin et que nous avons le temps de le préparer.»

sofiane oumiha shadow boxing reprise insep

Un mois de juillet avec (un peu) plus d’intensité

Après ce premier temps de retrouvailles et de remise en mouvement, la Direction technique de la Fédération française de boxe a prévu de continuer à mobiliser les collectifs nationaux pour que la période estivale soit bénéfique et que, à la rentrée sportive, les athlètes soient prêts à reprendre la préparation de haut-niveau. « Nous allons y aller crescendo, il n’est de toute façon pas recommandé de travailler avec de l’intensité après plusieurs mois d’interruption. Même si les entrainements individuels pendant le confinement ont permis de garder un certain niveau de forme, l’effort que nous leur demandons habituellement pendant les stages est tout autre. Pour éviter les risques de blessure nous allons continuer avec un second stage avec les garçons, à partir du 22 juin, toujours à l’INSEP, durant lequel l’activité physique sera un peu plus élevée mais encore limitée. Nous finirons la saison par un stage plus intense à Bugeat, en Corrèze, au mois de juillet, où l’on devrait pouvoir refaire des oppositions. » Détaille John Dovi. Une fin de saison au mois de juillet qui n’est pas non-plus synonyme d’arrêt total « Le mois d’août va permettre de souffler, de changer d’air, mais les entrainements individuels seront primordiaux pour revenir prêt pour la saison olympique en septembre. » Complète Sofiane Oumiha.

Le collectif féminin ira lui à Bouloris en Juillet « Ce second stage sera dans la continuité du premier avec cette fois le retour des oppositions et du travail technique. Un dernier rassemblement en fin de mois sera fait à l’INSEP, pour faire le point et cadrer le travail qui devra être fait par chacune des boxeuses pendant le mois d’août. » Conclue Anthony Veniant.

Rayane Yahia Berrouiguet à l'entrainement