Confinement : une lueur d’espoir au coin des rings

L’Exécutif a visiblement pris la mesure du péril que la crise sanitaire fait peser sur le sport. Lors d’une visioconférence qui s’est tenue le 17 novembre, le Président de la République, Emmanuel Macron, a tenu à rassurer les acteurs du secteur en présentant un panel de mesures destinées à les aider à passer ce mauvais cap. Certaines concernent les clubs de la FF Boxe.

Tout d’abord, le Gouvernement entend pallier autant que possible la fermeture des associations sportives et la forte baisse des adhésions dans les clubs. Pour cela, il est prévu d’instaurer, dès 2021, le Pass’Sport. Il s’agit d’un soutien massif à la prise de licence qui mobilisera 100 millions d’euros. Le but est d’encourager le retour des Français dans les clubs en soutenant les familles dans une situation précaire afin qu’elles puissent payer la cotisation ou acheter des équipements. Les modalités et les critères d’attribution du Pass’Sport doivent encore être arrêtés dans les prochaines semaines mais les associations pugilistiques affiliées à la FF Boxe en profiteront indirectement. 

Par ailleurs, et toujours à destination du monde amateur, l’État investira, via l’Agence nationale du sport (ANS), 15 millions supplémentaires en 2021 (en sus des 19 millions d’euros déjà abondés pour 2020) dans le cadre du fonds d’urgence, lequel sera donc prolongé. Et ce, pour continuer de venir en aide aux associations non employeuses qui ne bénéficient pas des aides de droit commun. Nombre de clubs de boxe sont dans cette situation. A noter que la question des loyers acquittés par les clubs sera discutée avec les collectivités territoriales concernées dont ils dépendent.

En complément, une partie des crédits (20 millions d’euros) de l’Agence nationale du sport, issus de plan de relance de 120 millions, sera affectée à la création d’un fonds de compensation pour amortir les pertes des fédérations sportives en termes de licences. Enfin, 5 000 postes de service civique seront fléchés vers le sport pour que les clubs puissent se relancer en disposant de davantage de moyens humains pour ce faire. Par ailleurs, des emplois seront créés au sein des Comités régionaux olympiques et sportifs (Cros) avec pour mission d’accompagner les petites structures dans la constitution de leur dossier pour percevoir ces diverses aides.

Vers un retour des mineurs dans les clubs

Plus immédiatement et plus concrètement, le Chef de l’État a ouvert la porte à un retour effectif des mineurs dans les associations sportives au mois de décembre, certes, selon des protocoles sanitaires qui seront élaborés en concertation avec le ministère des Sports et les acteurs locaux. C’est là une demande récurrente de l’ensemble des instances du sport, en particulier de la FF Boxe, ne serait-ce qu’au nom de la cohérence puisque les élèves continuent de pratiquer des activités physiques à l’école, au collège et au lycée. Nul doute que les clubs de boxe seront en capacité de les accueillir en respectant des règles sanitaires très strictes comme cela a été le cas à l’issue du premier confinement.

Concernant l’accueil du public, par exemple lors des galas de boxe, celui-ci ne sera pas possible avant le début de l’année prochaine, si tout va bien, et sera décliné selon un système de jauge relative, c’est-à-dire en fonction de la capacité de l’enceinte.

Documents

Le Ministère des sports a fourni des documents pour répondre aux questions des différents acteurs du sport :