Qualification olympique confirmée pour les Bleus

La décision était aussi souhaitable que prévisible mais son officialisation est assurément un soulagement : les athlètes qui se sont déjà qualifiés pour les JO de Tokyo le resteront en dépit de l’ajournement des différentes compétitions censées distribuer des billets pour les Jeux, en 2021.

Le report, à l’année prochaine, des JO est, sur tous les plans, suffisamment un casse-tête comme ça pour ne pas en rajouter une couche. Mû par cette évidence, le Comité international olympique (CIO) entend préserver au maximum ce qui est acquis. Dans cette optique, il a statué dans le sens de la raison et de l’équité sportive en confirmant que ceux qui avaient décroché leur qualification pour les JO conserveront bel et bien le bénéfice de leur performance en dépit du report de ces derniers en 2021 en raison de la pandémie de coronavirus. Lors d’une téléconférence, les responsables du Comité international olympique et ceux des trente-deux fédérations internationales concernées par les Jeux d’été ont en effet acté ce principe. Une unanimité qui ne surprendra personne.

Deux pugilistes tricolores sont dans ce cas de figure : Billal Bennama et Samuel Kistohurry qui ont validé leur ticket lors du récent TQO de Londres. A ce jour, 57 % des quelque 11.000 participants prévus aux Jeux olympiques sont dans le même cas de figure et donc assurés d’être de la partie dans quelques mois. Néanmoins, la situation est extrêmement variable selon les sports : ainsi, pour la boxe, on n’en est qu’au début du chemin puisque la grande majorité des TQO ont été interrompus ou annulés alors qu’en voile, on connaît 90 % des heureux élus.

Second point important pour ne pas dire crucial qui a été validé par le CIO : le maintien des quotas alloués, en clair, du nombre de sportifs admis à concourir dans chaque discipline. On aurait, en effet, pu craindre que ceux-ci soient revus à la baisse en raison des difficultés logistiques que la reprogrammation des Jeux ne va pas manquer d’occasionner.

A priori, les Jeux auront lieu à l’été 2021

Désormais, tout le monde planche pour trouver des solutions et définir un nouveau calendrier, en particulier des épreuves qualificatives, lesquelles devront être achevées au minimum trois mois avant les JO. Avec une question essentielle toujours en suspens : quand auront lieu les 32es JO en 2021 ? Au printemps ou en été ? « Toutes les options sont sur la table », a répondu Thomas Bach, le Président du CIO avant de préciser que l’on devrait être fixé d’ici quatre semaines. Néanmoins, il se murmure que l’on se dirige, a priori, vers un calendrier similaire, autrement dit, à cheval sur les mois de juillet et d’août. Sachant, toutefois, qu’initialement, deux championnats du monde majeurs sont programmés durant l’été 2021: d’une part, les Mondiaux d’athlétisme, du 6 au 15 août, à Eugene, aux États-Unis ; d’autre part, ceux de natation, du 16 juillet au 1er août, à Fukuoka… au Japon.

Enfin, reste l’aspect financier des choses car ce bouleversement du calendrier va générer un surcoût pour nombre d’instances sportives avec la nécessité d’engager de nouveaux frais afin de prolonger la période de préparation des athlètes et de continuer à mobiliser tous les acteurs impliqués dans course olympique. C’est pourquoi beaucoup de présidents de fédération internationales ont réclamé une avance sur les sommes qui sont habituellement reversées à ces dernières par le CIO après les JO.