Que faire en cas de suspicion de contamination au Covid-19 ?

Le ministère des Sports a récemment publié des « fiches de rentrée », lesquelles se veulent des supports présentant les mesures sanitaires réglementaires ainsi que des recommandations nationales. Celles-ci ont été formalisées sur la base des expertises scientifiques du Haut Conseil à la santé publique (HCSP), de l’agence Santé Publique France et du ministère de la Santé tout en étant adaptées aux enjeux pratiques des acteurs sportifs. L’une d’elles concerne les procédures administratives et la logistique adéquate pour accueillir des spectateurs. En particulier lors des galas de boxe.

La procédure à suivre

En cas de découverte d’un cas probable de Covid-19, il convient de mettre immédiatement à l’écart la personne, en somme de l’isoler en la guidant si possible vers un lieu dédié tout en appliquant immédiatement les gestes barrière (distanciation physique et port d’un masque chirurgical de préférence).

Puis la personne – ou ses parents si elle est mineure – doit prendre contact avec son médecin traitant avant d’organiser son retour au domicile pourvu d’un masque et, de préférence, dans son véhicule personnel ou celui de ses parents. Il est nécessaire d’exclure les transports en commun.

Si elle manifeste des signes de détresse, la procédure consiste à appeler le Samu en composant le 15. Une fois en ligne avec un interlocueur, le discours à tenir doit être structuré et fournir des éléments d’information dans un certain ordre :

– se présenter ;

– présenter la situation en quelques mots (pour qui, quels symptômes) ;

– donner le numéro de téléphone via lequel l’appelant est joignable ;

– indiquer la localisation précise et les moyens d’accès au club.

Après la prise en charge de la personne par le Samu, il est bien sûr indispensable de prévenir le service de santé de référence (médecin fédéral, médecin du club) et de suivre ses consignes.

Ensuite, quelle que soit la symptomatologie du sujet, il est impératif de commencer à réaliser la liste de ses cas contacts afin de faciliter le contact tracing et d’évaluer le risque de contamination. Pour mémoire, les cas de personne-contact sont celles :

– ayant partagé le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable ;

– ayant eu un contact direct avec un cas, en face à face, à moins d’un mètre, quelle que soit la durée (ex : conversation, repas…).

– ayant prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins ;

– ayant partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel…) pendant au moins 15 minutes avec un cas ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement ;

– qui sont élève ou enseignant dans la même classe scolaire ou lors d’une même séance d’entraînement.

Le licencié doit se soumettre à un test Coronavirus SARS-CoV-2 par RT-PCR nasopharyngé. Si le résulat est positif, il est tenu s’isoler pendant une période de 14 jours puis de procéder à un nouveau test RT-PCR. S’il est négatif ou dès qu’il le redevient après la quatorzaine, la personne concernée pourra sortir de l’isolement et retrouver le chemin de la salle.

Les personnes et instances à informer

– le médecin traitant ;

– les parents du licencié (s’il est mineur) ;

– le Samu (en cas de signe de détresse) ;

– l’Agence régionale de santé (ARS) du territoire concerné (https://www.ars.sante.fr/) ;

– la Caisse primaire d’Assurance maladie (CPAM) ;

– la fédération sportive concernée, en particulier lorsqu’elle dispose d’un pôle dans l’établissement au sein duquel un cas de suspicion ou avéré a été identifié.

Ce modus operandi n’exonère pas la mise en œuvre adaptée, par chaque fédération sportive, à l’image de la FF Boxe, de ces recommandations générales au regard de la spécificité de leur discipline et de les diffuser auprès de ses réseaux. Il est de sa responsabilité de trouver les meilleures solutions pour appliquer les mesures préconisées afin de lutter collectivement contre la propagation de la Covid-19 et d’assurer la santé et la sécurité des pratiquants.