PSF : où en est-on ?

On le sait, l’avènement de l’Agence nationale du sport (ANS), qui supervise à la fois le haut niveau et l’essor des diverses disciplines, a eu pour conséquence la suppression du Centre national pour le développement du sport (CNDS), lequel a été phagocyté par l’ANS. Une reconfiguration qui impacte les clubs de boxe et les comités qui sollicitent un subventionnement public.

PSF, quèsaco ?

C’est désormais aux fédérations sportives, et non plus aux autorités de tutelle, de définir les critères d’attribution des fonds publics au regard de la politique qu’elles entendent décliner en régions. Chacune d’elles doit non seulement formaliser une stratégie lisible pour les entités qui lui sont affiliées mais aussi suggérer des actions types dans lesquelles ces structures sont susceptibles de s’inscrire en les reprenant à leur compte. Ce canevas, à la solde du développement écoresponsable de la discipline en question, revêt la forme d’un Projet sportif fédéral (PSF). Lequel est un gage de cohérence et d’uniformité des initiatives lancées çà et là par les acteurs (clubs et comités) qui aspirent, pour cela, à être aidés financièrement.

Pour rappel, le but est de soutenir à la fois les projets des comités destinés à accompagner les clubs dans leur démarche de structuration et ceux des clubs eux-mêmes qui visent à favoriser l’accès de nouveaux publics à la boxe, à diversifier leur offre de pratiques ou encore, à renforcer la compétence de leurs encadrants et dirigeants. A ce titre, la FF Boxe a arrêté cinq priorités pour l’année 2020 :

– la formation des dirigeants, encadrants et officiels ;

– le développement de la pratique pour toutes et tous ;

– la féminisation de la pratique ;

– la boxe santé et le bien-être ;

– la sensibilisation aux conduites déviantes.

Comment ça marche ?

Désormais, l’ancienne part territoriale du CNDS est déléguée par l’ANS aux fédérations qui disposent de fait d’une manne à octroyer. A charge, pour elles, de la répartir selon une grille d’attribution objective et après examen scrupuleux des dossiers de demande adressés par les associations sportives et les comités régionaux et départementaux. Les intéressés avaient jusqu’au 20 avril pour les déposer via le Compte Asso (https://lecompteasso.associations.gouv.fr). Et ce, sachant que lesdites associations pouvaient formuler une demande de subvention pour deux actions maximum et les structures territoriales (CR et CD) pour quatre au plus. Par ailleurs, l’aide sollicitée doit être au minimum de 1 500 euros sans pour autant excéder 40 % du budget total de l’opération. Au total, 120 dossiers ont été remplis, 87 par les clubs, 18 par les comités départementaux et 15 par les comités régionaux.

Les comités départementaux avaient jusqu’au 10 mai pour formuler un avis (défavorable, favorable, très favorable, sans avis) et leurs observations sur les demandes des clubs de leur ressort. Désormais, les comités régionaux ont jusqu’au 17 mai pour en faire de même concernant celles des comités départementaux et des clubs (quand il n’existe pas de comité départemental) de leur ressort géographique.

Enfin, la Commission spécifique PSF de la FF Boxe, composée de neuf membres, instruira, du 18 mai au 15 juin, l’ensemble des candidatures en consultant, au besoin, les comités régionaux et départementaux. C’est en effet elle qui pilote le dispositif en relation avec l’Agence nationale du sport. Elle lui transmet pour validation les propositions d’accompagnement financier qu’elle a sélectionnées. L’envoi des notifications d’accord et de refus ainsi que la mise en paiement des subventions, sur les crédits délégués par l’ANS à la FF Boxe, se feront, quant à elles, par l’ANS, durant le mois de juillet.

La FF Boxe dans un souci de transparence et d’efficience

A noter que, dans un souci de transparence autant que d’efficience, la Fédération n’a pas manqué de communiquer abondamment sur ce process inédit. Ainsi, deux articles sur le sujet ont-ils été publiés, en janvier et en mars, dans France Boxe, en amont et durant la campagne. Sans compter un autre à vocation explicative sur le site Internet fédéral, trois mails adressés aux comités régionaux (avec demande de relais aux clubs), deux autres sous forme de newsletter envoyés aux clubs (via l’adresse mail renseignée par le comité régional sur la base de données fédérale) et enfin, un mail à l’attention des structures affiliées ayant effectué des demandes de subvention au CNDS en 2018 et en 2019.