Déconfinement : quid du haut niveau ?

Si les conditions de pratique du sport de masse ont été arrêtées le 28 avril par le Premier ministre Édouard Philippe, pas grand-chose n’avait été précisé concernant le haut niveau. On en sait désormais un peu plus. La FF Boxe, elle, a suggéré des solutions.

Ce que dit le ministère des Sports

La règle vaut pour tous, anonymes comme champions : à compter du 11 mai, date du début du déconfinement, il sera possible de pratiquer – sans attestation ni limitation de durée de pratique – une activité sportive individuelle en plein air et dans les espaces ouverts autorisés mais en respectant les règles de distanciation physique et sous réserve de la situation sanitaire de chaque département (zone rouge, orange ou verte).

Plus précisément, il conviendra de satisfaire un certain nombre de conditions :

– une distance de 10 mètres minimum devra séparer deux personnes pour les activités de vélo et de jogging. De même, une distance physique suffisante sera obligatoire pour les activités en plein air de type tennis, fitness etc.

– Le groupe ne devra pas excéder 10 personnes, entraîneur(s) compris ;

– Le lieu de pratique devra se situer dans un rayon inférieur à 100 kilomètres du domicile ;

– L’accès aux vestiaires sera prohibé.

Sur le principe, les règles définies pour l’ensemble des Français valent pour les sportifs de haut niveau, lesquels pourront donc retrouver une activité à haute intensité à partir du 11 mai mais exclusivement dans une logique individuelle et dans le respect strict des règles énoncées. 

En revanche, les activités sportives qui ne permettent pas la distanciation, en l’occurrence les sports collectifs et les sports de combat ne pourront pas reprendre dans l’immédiat. Et cela concerne, hélas, l’élite pugilistique de la Patrie. Le ministère des Sports actera d’ailleurs une liste exhaustive des disciplines et sports concernés par cette interdiction provisoire dans un guide pratique. 

Néanmoins, un nouveau point d’étape sera fait d’ici le 2 juin pour évaluer les modalités de reprise des sports en salle et de contact. Dans cette optique, le ministère a engagé une vaste consultation avec les fédérations pour entrevoir des configurations qui soient adaptées aux contraintes sanitaires de chaque discipline et de chaque territoire.

Ce que propose la FF Boxe

Là, la FF Boxe s’est montrée proactive et a formalisé un ensemble de bonnes pratiques susceptibles de permettre aux athlètes de haut niveau de reprendre le fil de leur préparation, en bannissant toutefois les exercices d’opposition.

1. Les interdictions

– Le prêt de tout type de matériel ;

– l’accès aux vestiaires ;

– se serrer la main ;

– l’accès aux salles sans respecter le sens de circulation ;

– l’accès aux salles en cas de symptômes, de fièvre au-dessus de 37,5° et /ou d’extrême fatigue.

2. Les conditions sanitaires

Il conviendra :

– d’utiliser des bouteilles d’eau ou des gourdes personnelles ;

– que le lieu comporte un point d’eau avec du savon et/ou que soit mis à disposition du gel hydroalcoolique ;

– que soient appliqués les gestes barrière ;

– de désinfecter, entre chaque utilisation, le matériel pédagogique et /ou de musculation ;

– qu’il y ait des serviettes en papier et des poubelles avec sac ;

– de respecter une distance de plus d’un mètre entre les personnes évoluant dans la salle et ce, pendant toute la séance ;

– de prendre la température des entraîneurs et des athlètes avant la séance (pas d’intervention si elle est supérieure à 37,5° ou en cas de présence de signe(s) symptomatique(s) du Covid-19).

3. Le nombre de personnes accueillies

Il conviendra de :

– limiter le nombre de personnes selon l’espace dédié ;

– qu’il n’y ait pas plus de 10 boxeurs par entraînement (à adapter selon les préconisations gouvernementales, la réglementation de l’établissement, les conditions des installations et les objectifs des séances d’entraînement).

4. La mise en place de l’activité

Là, les règles seront les suivantes :

– pas d’échange de matériel pendant la séance ;

– maintenir les distances barrière au cours de la séance ;

– privilégier la préparation physique ; le travail des fondamentaux ; le travail de coordination, d’adresse et de motricité ;

– privilégier les séances en petit groupe avec une distance d’un mètre ;

– privilégier la leçon individuelle à grande distance ;

– dans la mesure du possible, les personnes doivent rester dans l’espace de travail pendant la séance.

A noter que la réouverture de l’Insep et des Creps est à l’étude par l’ensemble des acteurs : ministères des Sports et de l’Éducation nationale, Agence nationale du sport (ANS) et fédérations. Pour la FF Boxe, acter le retour de ses athlètes au sein de ces structures n’a d’intérêt que si l’ensemble de leurs services internes (cantine, médical, logement…) sont réactivés.