Samuel Kistohurry sans souci

Le Tricolore (-57 kg) a été maître de son sujet en dominant, en demi-finale du TQO européen, le Hongrois Roland Galos. Il a prouvé qu’il est capable de boxer dans différentes configurations.

Concentré, le Français ne tombait pas dans le piège de la facilité face au fausse garde magyar qui avait battu, la veille, l’Anglais Peter McGrail. Il démarrait d’autant plus posément que curieusement, son rival restait en face et ne tentait pas d’échapper à la puissance de frappe du local. Cela laissait le temps au Girondin de chercher l’ouverture. Il l’a trouvait, certes par intermittence. Courageux, Roland Galos confirmait la bonne impression qu’il faisait depuis le début de ce TQO. Rapide de bras, doté d’un sens appréciable de l’esquive et n’hésitant pas à saisir crânement sa chance en misant sur sa vitesse de bras, il ne rendait pas aisée la tâche de l’Aquitain.

Conscient que la partie était loin d’être gagnée, ce dernier se mettait à accélérer à la mi-combat et à délivrer des enchaînements à la fois plus étoffés et plus appuyés, parfois en doublant ou en triplant son jab en guise de préambule. C’était lui qui, au final, se montrait le plus impactant, aussi bien lorsqu’il combinait que quand il ne travaillait que sur un ou deux coups. Les juges en prenaient bonne note et validaient sa victoire acquise en vieux briscard.

« Il y a deux ans, pas grand monde ne pensait que je disputerais les Jeux »

« J’étais plus en mode gestion. Quand on peut le faire, il ne faut pas s’en priver, sachant que c’est quelqu’un que j’ai déjà affronté plusieurs fois et qui sait comment je travaille, expliquait-il à sa descente du rings. J’ai fait le choix de davantage boxer en séries, ce qui l’a contraint à s’accrocher. Je suis satisfait. Là, je suis en finale alors qu’il y a deux ans, pas grand monde ne pensait que je disputerais les Jeux. Cela fait un an et demi que je n’ai pas perdu et je veux rester invaincu jusqu’aux Jeux et pendant ! »

« Samuel, c’est un champion, renchérissait, admiratif, l’entraîneur national, Mohamed Boulakhras. Il a encore prouvé qu’il possède d’autres qualités que celles qu’il montre habituellement, comme la capacité à être mobile et à travailler à distance. Ses moyens de défense sont également très pointus. Samuel, ce n’est rien d’autre qu’un futur champion olympique. »