JO : la promenade de santé de Mourad Aliev

Le super-lourd tricolore (+91 kg) a signé la première victoire française sur les rings nippons. Pour cela, il a effectué une entrée en matière très appliquée afin de battre à l’unanimité des juges (5-0), en huitième de finale, le solide mais limité Tadjik Siyovush Zukhrurov.

A l’arrivée sur le ring de Siyovush Zukhrurov, on se doutait déjà de la donne de la confrontation. Petit, trapu, pour ne pas dire grassouillet, le Tadjik n’avait d’autre solution que d’avancer sans cesse pour se coller et imposer un bras de fer de près forcément périlleux pour le Français qui, d’entrée, a tout bien fait pour éviter d’en arriver là. A cette fin, le fausse garde nordiste a donné autant qu’il le pouvait son bras avant, en jabs comme en directs, pour maintenir à distance son valeureux adversaire. Courageux, ce dernier ne renonçait point et chargeait droit devant mais de manière très simpliste et téléphonée, tête en avant, en balançant vainement des crochets des deux mains.

Vigilant, Mourad Aliev bloquait aisément ces assauts trop peu élaborés pour être susceptibles de le déstabiliser. Mieux, il remisait en uppercuts et en cross, alliant vitesse d’exécution et précision. Il avait surtout l’intelligence d’en découdre systématiquement sur les jambes, histoire d’empêcher son rival à la fois de le cadrer, de l’accrocher et de l’acculer dans les cordes. Très délié dans sa boxe, il se montrait actif tout au long des trois reprises sans jamais tomber dans la facilité et le relâchement, notamment en sortie d’action, lorsqu’il enchaînait immédiatement alors que son contradicteur cherchait vaille que vaille à récupérer. Bref, la tête de série numéro 4 du tournoi livrait une copie parfaite. En attestaient les injonctions de son coin – « encore ! » – tant sa prestation était d’excellente facture.

« Je suis ici pour gagner »

Il lui faudra la reproduire, dimanche, devant une vieille connaissance, le Britannique Frazer Clarke que le Tricolore avait aisément dominé, aux points (4-1), en finale du récent Tournoi de qualification olympique (TQO) européen de Villebon. En cas de succès, il sera assuré de monter sur le podium même s’il veut plus que ça. « Le but était de faire trois rounds pleins et de me préparer pour le prochain combat, expliquait-il au micro de France Télévisions. Tout a été respecté. Je suis très content. J’ai ouvert le bal et montré la voie à mes frères d’arme. Avec le staff, nous allons travailler en vue du match face à l’Anglais. Nous avons un game plan et je ferai tout pour l’appliquer. Ce sont mes premiers Jeux. Je n’ai donc pas connu les Jeux normaux (avec du public, N.D.L.R.). Pour moi, ce n’est que du bonus et du plaisir mais je suis ici pour gagner et non pas pour profiter du village. »

Un discours qui comble John Dovi, manager général des équipes de France seniors masculines : « Mourad a été tout en maîtrise. C’est très bien. L’emporter par KO au premier round ne l’aurait pas servi. L’important, c’est qu’il n’y ait pas eu de casse et qu’il ne se soit pas blessé. Je ne sais pas s’il a un ascendant psychologique sur Frazer Clarke mais il sera capable de répondre. Il faudra qu’il soit imperméable à la pression. Nous allons mettre en place une tactique. Tous les feux sont verts. Mourad est vraiment prêt tant psychologiquement que physiquement. »