Billal Bennama comme sur des roulettes

L’Occitan a récité sa partition pour dominer sans anicroche l’Espagnol Gabriel Escobar Mascunano en demi-finale du TQO européen. Le parcours parfait continue.

Comme le lui avait suggéré, lors de l’échauffement, John Dovi, manager général des équipes de France seniors masculines, le Toulousain ne devait pas, dans le carré magique, en faire une affaire d’orgueil. En clair, ne pas engager le bras de fer mais, au contraire, tirer tout le parti de ses qualités gestuelles. Et ce, d’autant que l’Ibère, vainqueur des Jeux européens en 2019 après avoir triomphé aux Jeux méditerranéens un an plus tôt, chargeait à chaque fois qu’il le pouvait pour tenter de toucher le Tricolore.

Heureusement, ce dernier s’en tenait au plan de bataille en boxant sur les jambes et en désaxant immédiatement après avoir atteint sa cible. Sa capacité à être systématiquement en mouvement ne l’empêchait nullement de se montrer actif, en particulier avec son direct du bras avant télescopique, sans oublier de cueillir l’Ibère en uppercut lorsqu’il se montrait trop pressant. Le Toulousain n’était jamais inquiété car il alliait les deux aptitudes requises en pareille situation : une parfaite gestion de l’espace et une propension à combiner dans la variété et la précision. Du grand art comme à son habitude.

« Me donner au maximum mais… pas trop »

John Dovi en convenait : « Billal a été très tactique et à l’écoute. Par moments, il a tendance à accepter la bagarre. Or, là, face à un adversaire plus petit que lui, il est resté à distance, en étant très propre. Le tout en agrémentant cela avec des esquives. » Le Français était tout aussi comblé par ce qu’il avait produit : « Techniquement, j’étais à l’aise. Je suis satisfait du travail et de la tactique qui a été mise en place. Ces victoires ne peuvent qu’apporter de la confiance supplémentaire. Désormais, la difficulté, c’est de ne pas trop en faire afin d’en montrer le minimum face à des rivaux que je vais affronter aux Jeux. Il faut trouver un juste milieu. Je fais ce que me demandent les coachs mais pas plus. En somme, j’essaye de me donner au maximum mais… pas trop. » Subtile équation.