Search
Generic filters
Intranet
Boutique officielle

Affaire Newfel Ouatah : la FF Boxe se doit de faire respecter le règlement

Partager cet article sur 
Retour aux actualités

L’abandon, avant même qu’il n’y ait eu le moindre échange, du poids lourd français (18 v, 6 d) devant le Canadien Simon Kean (22 v, 1 d), le 9 septembre, à Montréal, pour protester contre la décision de la FF Boxe de ne pas lui accorder d’autorisation de sortie de territoire relève de la mauvaise foi autant que d’un mépris des règles. Strict rappel des faits.

Le 12 juin 2021, à Kiev, le Rhônalpin s’inclinait par KO (4e) face à Vladyslav Sirenko lors d’un combat sans enjeu. Il s’agissait, au demeurant, de son dernier combat en date. Or, la règle 1-4 du Code sportif de la boxe professionnelle est on ne peut plus claire. Il est mentionné que « les déplacements hors du territoire doivent faire l’objet d’une demande auprès des services administratifs de la boxe professionnelle huit jours avant la date du combat et obtenir l’autorisation ». Pour que cette dernière soit délivrée, les boxeurs sont tenus de remplir plusieurs critères. En particulier :

- l’absence de risque de combat déséquilibré ;

- l’absence de risque concernant la santé ou l’intégrité physique du boxeur ;

- compter trois combats positifs (victoires ou matchs nuls) lors des dix derniers combats ;

- ne pas compter de défaite avant la limite lors du dernier combat.

Newfel Ouatah ne satisfaisait donc pas tous ces préalables, à commencer par le dernier. Ni même, à la lecture du palmarès de son adversaire qui a remporté vingt-et-un de ses vingt-deux succès avant la limite, le premier, voire le second.

Donner les suites qu’il convient à ce dossier

C’est pourquoi, comme il l’a lui-même admis, la Ligue nationale de boxe professionnelle ne lui a effectivement pas accordé d’autorisation de sortie de territoire et ce, dès le 23 août, afin qu’il puisse prendre ses dispositions et ne soit pas pris de cours. Dans cette affaire comme dans tous les cas d’espèce comparables, le souci de la Fédération est de ne pas cautionner des confrontations susceptibles de discréditer la discipline en faisant primer l’appât du gain sur l’aspect sportif et/ou de porter gravement atteinte à l’intégrité physique et à la santé des athlètes. Ce sont là des priorités intangibles. Cette ligne de conduite vaut quels que soient le sportif ou la sportive en question.

Newfel Ouatah a néanmoins pris la responsabilité de passer outre le veto fédéral en effectuant le voyage jusqu’au Canada et en participant, sur place, à la pesée. Le tout sans avertir l’organisateur de la soirée, la société de promotion Eye of the Tiger Management, du refus de la FF Boxe dont il avait été l’objet. Informée de ce coup de force au dernier moment, la Fédération a alors effectivement adressé un mail au boxeur le 9 septembre pour lui signifier une nouvelle fois qu’elle n’avait pas validé sa demande et l’avertir que dans ces conditions, elle se dégageait de toute responsabilité concernant ce match qu’elle ne pouvait décemment pas cautionner.

« On ne joue pas à la boxe », a affirmé Newfel Ouatah pour tenter de justifier son attitude. C’est bien le seul avis que nous partageons avec lui.

La FF Boxe saisit dès ce jour ses organes disciplinaires qui seront chargés de donner les suites qu’il convient à ces faits qui portent gravement atteinte à la réglementation en vigueur et un sérieux préjudice à l’image de la Fédération française de boxe ainsi qu’à la société canadienne Eye of The Tiger Management.

Découvrez aussi
crossmenu
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram