Ségolène Lefebvre conserve son titre mondial avec brio

Ce samedi 7 mai à Douai dans une salle Gayant bondée, Ségolène Lefebvre (16 v) a conservé son titre mondial WBO des poids super-coqs en battant aux points 97-93, 97-93, 97-93) l’espagnole Melania Sorroche (18 v, 3 d, 2 n).

Ségolène Lefebvre a confirmé son statut de championne du monde en maitrisant techniquement une challenger dotée d’un gros physique qui n’était pas venue faire de la figuration sur le ring nordiste. L’espagnole s’est montrée offensive dès le début du combat, un style qui n’est pas pour déplaire à Ségolène Lefebvre qui  affectionne ce genre d’adversaire qui veut lui rentrer dedans.

Melania Sorroche avançait mais elle n’avait pas le temps de déclencher que « Majestic » la touchait avec une droite seule ou un crochet à la face. Le sens de l’anticipation de la française est l’un de ses meilleurs atouts, sa clairvoyance et sa vitesse d’exécution ont médusé l’espagnole. Le contraste était saisissant entre l’ex championne d’Europe, les pieds bien à plat, ramassée sur elle-même, à la recherche du coup décisif et la championne du monde aérienne qui distillait son bras avant avec précision.

Au 5eme round, Ségolène Lefebvre encaissait un gros crochet droit, le premier véritable coup puissant reçu à la face, elle ne bronchait pas, son uppercut droit jaillissait pour rééquilibrer ces trois minutes. A la 6eme reprise, Melania Sorroche maintenait son pressing, la française contrôlait et maitrisait ses charges, non sans encaisser quelques crochets. Lors du round suivant, la douaisienne restait devant sa rivale qui tentait de la frapper au corps, elle remisait avec une belle série des deux mains à la face.

Se sachant en avance au pointage, Ségolène Lefebvre reprenait sa boxe à distance, la française plaçait de rapides frappes puis partait, Melania Sorroche n’arrivait pas à la cadrer. L’espagnole jetait toutes ses forces dans l’ultime round, la française encaissait un large crochet droit puis répliquait avec une droite avant de tourner et laisser exploser sa joie au dernier coup de gong. Sans surprises, les trois juges l’ont déclarée vainqueur avec le même pointage.

Photo Michel Beuville

« Le combat s’est relativement bien passé pour moi, analyse Ségolène Lefebvre. Elle a constamment avance, mais j’ai mis les touches les plus nettes. Elle avait un gros physique mais j’étais bien préparée, j’ai reçu quelques coups durs mais ce n’était pas non plus insupportable. Dès le 1er round, j’ai compris qu’elle serait toujours sur moi, chaque adversaire est différente, je suis satisfaite,  je pense avoir bien résolu les problèmes qu’elle voulait me poser. Maintenant place au repos… »