Flux RSS
flux RSS - l'info en continu
France BoxeLes formationsInfo boxeClub Boxeurs-EntraîneursBourse emploi boxeCodes SportifsLédito du président

Derghal : « Tout le monde s'en fout ! »

Boxe professionnelle
Vendredi 8 janvier 2010

Akim Derghal, qui partira à Madrid conquérir le titre vacant WBO-Europe, dénonce le silence des institutions.

Le 26 février, à Madrid, le boxeur denaisien Akim Derghal combattra pour la ceinture WBO-Européenne. Une première dans sa carrière professionnelle. Il a été appelé par les organisateurs grâce à son classement dans le championnat français, mais aussi à un concours de circonstances. Le premier, Mehdi Bouadla, dispute un autre combat au même moment et les deux devant lui, Tarik Khaïdouri et Christopher Rebrasse, s'affrontent dans une autre compétition. Le Denaisien sait pourtant que le défi sera dur à relever. Car il sera opposé à un boxeur espagnol surnommé « El Bombardero » (le bombardier). Alejandro Lakatos est d'origine roumaine. Il a 35 ans, a disputé trente-sept combats professionnels et en a gagné trente dont vingt trois avant la limite.

Il a participé à deux championnats du monde. « C'est un frappeur, je vais donc devoir le travailler à distance, explique Akim Derghal. Je vais devoir aussi tenir douze rounds de trois minutes. Mais je boxerai pour la ceinture WBO, devant environ 10 000 spectateurs ! Et je suis le seul français à boxer là-bas. » Cette exception, la ville de Denain semble néanmoins ne pas l'avoir comprise...

« Tout le monde s'en fout ! »

Akim Derghal est déçu par la façon dont la ville (et La Porte du Hainaut avec) le soutient. Pour s'entraîner, il doit mettre les gants à Lille, Fourmies ou encore Roubaix. Le club et lui vont devoir payer le déplacement en Espagne. En réalité, il ne reçoit aucune aide. « J'ai l'impression que tout le monde s'en fout ! Que c'est normal de disputer un combat européen ! Tous les boxeurs professionnels que je rencontre sont aidés par les mairies dans lesquelles ils travaillent. Souvent, ils y sont embauchés, ont des horaires aménagés avant les combats. Moi, en février, je vais devoir prendre un mois de congé sans solde. Encore heureux que la direction de Carrefour m'aménage des horaires de temps en temps... Le pire, c'est que le service des sports de la mairie de Denain m'a refusé un pass pour la piscine ! »

Akim Derghal est écœuré par cette absence de considération (d'autant que d'autres sportifs denaisiens ont un pass) et il songe vraiment à quitter Denain. « Après le combat à Madrid, je vais étudier les propositions que des villes m'ont faites. J'ai 30 ans, c'est maintenant que je dois exploser ! » Il pense aussi à une chaîne de télévision espagnole qui veut venir tourner un reportage sur lui au club. « Quand ils verront dans quelles conditions je m'entraîne, ils vont rire ! Le député-maire avait promis une nouvelle salle pour le club, on attend toujours... » Apparemment, personne à Denain ne semble prendre Akim Derghal au sérieux alors que les boxeurs professionnels se comptent sur les doigts d'une main dans le Valenciennois.

Par Cédric Gout

Crédit : La Voix
du Nord

 

Share |