Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Boxe professionnelle

Bauderlique comme un ouragan

Boxe professionnelle
Le 30 Avril 2018

 

Le médaillé olympique de Rio (14 v, 1 d) s’est emparé du titre national vacant des mi-lourds en dominant aux points, à l’unanimité des juges (99-92, 97-92, 96-93), le très vaillant Eddy Lacrosse (9 v, 2 n, 5 d), le 28 avril, à Douai, à l’issue d’un formidable bras de fer.
 
 
Premier membre de la Team Solide à briguer une ceinture de champion de France chez les rémunérés, Mathieu Bauderlique se montrait à la fois appliqué et entreprenant dès le premier coup de gong. Ayant, sans doute, dans un coin de sa tête, sa cruelle défaite par KO (1er) devant l’Italien Dragan Lepei, en juin dernier, à Pont-Sainte-Maxence, due à une faute d’inattention, il prenait le temps de déclencher en donnant son bras avant, en jab ou en crochet. « Vigilant ! », lui répétait sans cesse son coentraîneur, Mehdi Nichane. Un conseil opportun car, en face, Eddy Lacrosse faisait preuve de témérité et n’était nullement impressionné par le statut de son prestigieux contradicteur. Sa stratégie était simple : charger, parfois la tête un peu trop en avant, provoquer un mano a mano de près et trouver l’ouverture au gré de la grêle de coups que les deux protagonistes délivraient. Il y parvint, à la surprise générale, dès la deuxième reprise, quand il cueillit l’ancien champion du monde APB, envoyé au tapis sur une droite et compté.
 
 
Dans la suivante, Mathieu Bauderlique, qui avait pleinement récupéré, eut le mérite de ne pas gamberger et de repartir à l’assaut de manière plus ordonnée. Il touchait essentiellement en crochet droit et en direct du gauche. Mais il en fallait plus pour ébranler l’Aquitain, décidément très solide encaisseur et qui continuait à se ruer à l’attaque pour casser la distance et délivrer des coups larges de deux mains, parfois à la godille. Aussi prévisible était-elle, la tactique avait le mérite de fonctionner car Mathieu Bauderlique était parfois perméable défensivement en sortie de corps à corps et s’exposait à force d’avoir la main gauche un peu basse. Son coin le sommait d’ailleurs de ne pas se jeter inconsidérément dans la bataille et de se mettre hors de portée des remises adverses une fois qu’il avait pris l’ascendant grâce à des accélérations fulgurantes. En effet, autant le pugiliste d’Hénin-Beaumont était celui qui touchait le plus nettement et le plus durement au cours de ce palpitant duel de guerriers, autant il causait les pires frayeurs à ses coaches quand il en faisait une affaire d’orgueil et s’obstinait à ne pas effectuer les pas de retrait ou de côté après avoir durement éprouvé le Girondin, lequel pliait sans rompre.
 
« Il pourra avoir le niveau européen dans les mois qui arrivent »
 
La confrontation était de toute beauté et d’une rare violence. Le local faisait parler sa puissance supérieure et trouvait la faille à chaque fois qu’il frappait tout en désaxant. Si c’était bel et bien lui qui menait, on sentait néanmoins que la partie était susceptible de basculer à tout moment. D’abord parce qu’Eddy Lacrosse répliquait de plus belle. Ensuite, parce que le Nordiste donnait parfois le bâton pour se faire battre en se laissant sciemment acculer dans les cordes, en étant parfois trop statique sur les contre-attaques du Sudiste et en acceptant la bagarre alors qu’il lui était demandé d’en découdre à distance. Cependant, sa plus grande efficacité lui offrait une victoire méritée aux dépens d’un opposant d’une vaillance et d’une solidité inouïes.
 
 
Entraîneur du vaincu, Philippe Cazeaux a d’ailleurs apprécié le comportement et le tempérament de son élève : « Il a manqué à Eddy de boxer en séries un peu plus près de Mathieu. Il est resté trop souvent à sa distance. Mais il a été bon et fait ce qu’il a pu. Il sera meilleur la prochaine fois. Il vient du pieds-poings et est en train de gommer ses défauts. C’est un bosseur qui est en plein progrès. A mes yeux, sa prestation est très prometteuse. » De son côté, Mehdi Nichane juge celle du nouveau champion de France globalement satisfaisante : « Mathieu a été solide. On s’attendait à ce qu’il soit exclusivement bagarreur mais, tactiquement, on a fait en sorte de travailler différemment, en particulier sur les jambes. Malheureusement, le naturel a repris le dessus par moments avec, à la clef, une prise de risque inutile. Mais il a réussi à faire ce que l’on attendait de lui. Auparavant, il était assez fixe et recherchait beaucoup le contact à mi-distance. Or, là, techniquement, on a vu un autre Mathieu Bauderlique que celui que l’on avait vu en amateurs ou à ses débuts professionnels. Il y a encore du boulot pour qu’il soit plus complet mais il pourra avoir le niveau européen dans les mois qui arrivent. »
 
Par Alexandre Terrini
 
Crédits photos ©Karim de la Plaine

 

 

 

Share |