Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Boxe professionnelle

ITW Brice Bassolé

Boxe professionnelle
Le 14 Novembre 2017

 

Vainqueur du Tournoi de France 2017, dans la catégorie des poids welters, le Franco-Burkinabè Brice Romaric Bassolé, entraîné par Salem Hamraoui,  s'est prêté au jeu des questions !
 
 
« Bonjour Brice, tout d'abord comment vous sentez-vous après votre victoire aux points (77-75, 77-75, 78-74 pour les trois juges), le 3 novembre dernier à Cahors, en finale du Tournoi de France 2017 des poids welters ?
 
- Brice Bassolé : bonjour, je suis bien sûr heureux et fier de ce résultat qui me permet de voir maintenant plus loin.
 
- Après le titre des néo-professionnels du Luxembourg de cette même catégorie décroché en 2015, c'est votre deuxième trophée chez les rémunérés. Qu'est-ce que cela signifie pour vous ?
 
- Le premier trophée n'était qu'une étape, tout comme ce second. Désormais la machine est lancée.
 
- Le Tunisien Abderazzak Houya était justement lui aussi à l'œuvre ce soir-là. De quoi vous jauger pour un éventuel champion d'Afrique face à ce dernier ?
 
- Je suis effectivement intéressé par un titre continental africain, mais ce peu importe l'adversaire finalement.
 
 
- Autre piste : le Moldave Mihail Orlov qui était également présent. Un titre international contre lui est-il envisageable ?
 
- Je suis un compétiteur dans l'âme, je veux tout tenter ainsi que rencontrer de bons adversaires dont Mihail Orlov fait partie. Les titres internationaux sont en ce sens dans ma ligne de mire, j'attends donc fermement des propositions.
 
- Homme libre, vous n'avez jusque-là jamais signé quoi que ce soit avec personne malgré plusieurs collaborations. David Nicotra avec qui vous avez déjà travaillé était dans la salle de Cahors, des discussions sont-elles en cours entre vous ?
 
- J'ai effectivement signé un contrat d'engagement de deux années renouvelables avec le promoteur David Nicotra et sa société DN Challenge : cinq combats minimums par an dont trois télévisés, une prise en charge de mes stages de préparation ainsi que de mon équipement, et surtout un soutien dans ma réinsertion dans la vie professionnelle car celui-ci va tout faire pour m'aider à retrouver un emploi sur Rouen. Je tiens donc à remercier énormément David Nicotra pour sa confiance, je donnerai tout de moi pour être à la hauteur de son investissement.
 
- Vous approchez de vos vingt-huit ans et semblez aux portes des gros combats. Quel est votre objectif ultime dans le milieu ?
 
- Il me semble effectivement que je suis arrivé à à maturité. Comme je l'ai dit précédemment, je suis un compétiteur dans l'âme, et je sens que le meilleur reste à venir pour moi : je veux des titres et de la reconnaissance, je ne rêve pas, mais je me projette avec la plus grande envie de réussir.
 
 
- Un dernier mot  concernant votre entraîneur Salem Hamraoui : est-il l'acteur principal de votre réussite à ce jour ?
 
- J'ai la chance de l'avoir comme coach, il a fait ses preuves au très haut niveau ! Je suis dans une très grosse écurie comportant dans ses rangs Lounès Hamraoui, Jamie Bidwell,  Maxime Beaussire, ou encore Hervé Lofidi avec lesquels je travaille sur le perfectionnement et la performance. Ils me permettent tous de progresser de jour en jour. Dans le coin, Salem est très rassurant par son calme, sa lucidité, et ses consignes technico-tactiques sont toujours plus qu'adaptées. Bref, je me sens très protégé et entre de très bonnes mains avec lui. En dehors des rings, c'est également un grand homme qui a fait beaucoup pour moi ».
 
Propos recueillis par Maxime Ernoult 
 
Mise en ligne par Olivier Monserrat-Robert
 

 

 

 

Share |