Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Boxe professionnelle

Beaussire roi de l'UE

Boxe professionnelle
Le 10 Novembre 2017

 

La deuxième tentative aura été la bonne ! Maxime « le Conquérant » Beaussire a conquis le titre de l'Union européenne des super-welters vacant en battant par K.-O. Joffrey Jacob, vendredi soir à Calais (Hauts-de-France).
 
Maxime Beaussire, puissance max !
 
 
La salle Calypso était en effervescence. En effet, une bonne partie du public était venue soutenir son poulain jusqu’alors invaincu, le cadet des Jacob, Joffrey (26 ans ; 16 succès, dont 3 expéditifs, 1 nul, 1 échec). Malheureusement pour lui, il est tombé sur un boxeur très déterminé qui lui a mis la pression dès l’entame du combat. Maxime Beaussire (26 ans ; 1,75 m ; 25 victoires, dont 9 avant la limite,  1 nul, 1 revers) sur un crochet droit en sortie a fait taire le public calaisien et fais bondir de bonheur la soixantaine d’aficionados normands. Le « Conquérant » se relance après sa désillusion face à Zakaria Attou, il y a sept mois, et voit l’horizon s’éclaircir. Il se rapproche un peu plus de ses objectifs. Tandis que pour Joffrey, la route risque d’être semée d’obstacles pour retrouver la lumière. Il a le talent et la force pour rebondir au plus vite et tant mieux car la boxe a bien besoin d’un tel boxeur qui fait honneur à son sport.
 
 
Pas de round d’observation entre les deux hommes, le « Conquérant » tel à son habitude avance sur le Calaisien. Tel un rouleau compresseur, il distille sur tous les angles tandis que Joffrey Jacob accepte le combat de près et tente de répliquer par quelques banderilles qui ne font pas reculer son adversaire. Les échanges sont rudes et très physiques. Toujours dans cette première reprise, un choc de têtes accidentel a lieu, signalé par l’arbitre, qui provoque une légère coupure sur l’arcade du Calaisien. Le second round démarre sur le même rythme. La mitraillette Beaussire continue son travail de sape et sur un crochet droit en sortie au menton, il électrocute Jacob ! Ce dernier tente de se relever, en titubant, en vain. Le Manchois Beaussire reprend son chemin de conquête.
 
Maxime Beaussire : « On savait qu’il allait démarrer fort. On a voulu casser le rythme. Dans le second round, le coup est arrivé. On l’avait travaillé. On avait prévu de le saper au corps pour l’affaiblir car les coups forts finissent à user. On ne pensait pas finir aussi vite mais voilà le coup relâché a fini par faire du dégât.  J’ai été plus précis que d'habitude. La défaite contre Attou n’est pas oubliée. Elle est toujours là sur le palmarès. On a tout fait pour se relancer au plus vite. Maintenant, on va poursuivre ce chemin pour aller encore plus loin. Je remercie tout mon staff et les supporteurs qui ont fait le déplacement. Ouah, ils sont géniaux. Cela fait chaud au cœur. Merci à eux. Ils ont pris le bus ce vendredi, vers 15 heures, au départ de Caen. Ils ont fait quatre heures de car à l'aller (pareil au retour) pour assister à mon combat. Un grand merci. Je vous assure que vous aurez moins de route pour mon prochain match ». Le sieur Beaussire, qui aimerait défendre sa ceinture de l'Union européenne en 2018 en Normandie, tient aussi à remercier l'ancien champion d'Europe Frank Nicotra, son nouvel entraîneur, qui le suit au quotidien ou presque depuis mai dernier.
 
 
Joffrey Jacob : « C’est un gros coup dur ce soir. C’est un petit arrêt dans ma carrière. Sur un coup, tout peut basculer. Je savais que durant les 5 premiers rounds, il était très fort, après il baisse un petit peu. J’essayais de ne pas trop me battre avec. Je bloquais, je remisais. Ses coups ne me faisaient pas mal. Ce n’est pas un gros frappeur. Je me suis bien remis de mon K.-O.. J’étais lucide mais mes jambes ne répondaient pas ».
 
 
Sept mois après sa défaite aux points contre Zakaria Attou, le Normand (26 ans ; 1,75 m ; 25 victoires, dont 9 avant la limite,  1 nul, 1 revers) du team DN Challenge a électrocuté le Calaisien jusqu’alors invaincu (26 ans ; 16 succès, dont 3 expéditifs, 1 nul, 1 échec) avec un crochet du droit, après un décalage sur le côté. Jacob a tenté de se relever, en titubant, en vain. Joffrey Jacob a accepté le combat de près et a rendu coup pour coup après un premier échange dans la première reprise sans temps d’observation. Toujours au premier round, un choc de têtes accidentel a eu lieu, signalé par l’arbitre, qui a provoqué une légère coupure à l’arcade du Nordiste. « Je suis très satisfait », a déclaré le nouveau roi de l’UE. Puis d’ajouter : « Je ne pensais pas gagner aussi rapidement. Mon crochet qui provoque le knockout surgit un peu de nulle part. En tout cas, j'ai été plus précis que d'habitude ». Seul sur le ring, Maxime Beaussire, ne l'était pas dans la salle Calypso. En effet, il a pu compter sur le soutien de ses supporteurs, qui avaient fait le déplacement - organisé par ses proches - jusque dans le Pas-de-Calais. « Ouah, ils sont géniaux. Cela fait chaud au cœur. Merci à eux. Environ quarante personnes ont pris le bus ce vendredi, vers 15 heures, au départ de Caen. Ils ont fait quatre heures de car à l'aller (pareil au retour) pour assister à mon combat. Un grand merci. Je vous assure que vous aurez moins de route pour mon prochain match ». Le sieur Beaussire, qui aimerait défendre sa ceinture de l'Union européenne en 2018 en Normandie, tient aussi à remercier son staff et notamment l'ancien champion d'Europe Frank Nicotra, son nouvel entraîneur, qui le suit au quotidien ou presque depuis mai dernier.
 
Mikel Hodaj aux points
 
Le jeune Hodaj (1 succès) qui faisait ses grands débuts chez les professionnels, est parfaitement rentré dans son combat.À plusieurs reprises, il jaugea Roquet (1 succès, 6 revers) avec son bras avant. Ce dernier tentait de lui répliquer par de larges crochets. Dans le second opus, le duel monte en intensité. Les deux hommes se rendent coup pour coup. Dans le 3ème acte, on sent le Calaisien un peu éprouvé. Il a du mal à trouver la distance et s’accroche, alors que le Normand continue de faire pression. Dans le dernier round, les deux boxeurs jettent leurs dernières forces. Le protégé à Thierry Jacob sur un large crochet surprend son adversaire qui vacille. Bien qu’ayant pris un avertissement dans les dernières secondes, le nordiste s’impose à l’unanimité des juges.
 
 
Mikel Hodaj : « Je suis globalement assez satisfait de mon combat. Je n’ai que 19 ans et j’avais affaire à un boxeur plus expérimenté. J’ai essayé de boxer à mi-distance mais ça n’a pas toujours été facile ».
 
Garofalo le rouleau compresseur
 
Les deux boxeurs sont vite rentrés dans le vif du sujet. David Afonso Pereira, dès l’entame du combat met la pression sur Romain Garofalo (14 succès dont 4 par KO, 1 défaite) qui lui réplique par des petits crochets suivis d’uppercuts au menton qui font reculer le Girondin. Dans le second opus, l’Héraultais se fait souvent surprendre par la droite de son adversaire. Le duel est engagé. Garofalo est cependant plus actif et plus précis. David Afonso Pereira (2 succès dont 1 par KO, 13 défaites, 1 nul) se montre dangereux avec sa large droite qui arrive souvent à destination mais qui n’ébranle pas son assaillant. Garofalo après avoir essuyé quelques mines continue son travail de sape dans les dernières secondes du 4ème round. Le rouleau compresseur Garofalo a eu raison de son vaillant belligérant.
 
 
Romain Garofalo : « Dans l’ensemble, je suis assez satisfait de ma prestation. J’ai pris quelques droites que j’aurai dû éviter. J’ai bien travaillé ».
 
Anderson Prestot le métronome
 
Owono, en ce début de combat tente de travailler en bas,candis Anderson Prestot use de son bras avant parfois suivi d’une large droite. Le combat est plaisant et très tactique. Lors du second opus, le Parisien, plus prompt, ne laisse pas le Normand s’organiser. La vivacité et la rapidité des enchaînements de Prestot (18 succès dont 8 par KO, 1 revers) vont mal au boxeur d’Évreux qui peine à trouver des solutions. Sur un crochet gauche au menton en sortie,Prestot touche sévèrement Owono (7 revers dont 1 par KO, 19 revers, 2 nuls) qui met un genou à terre. Martin Owono, vaillant, continue d’avancer alors que le Francilien tourne et se désaxe parfaitement distillant au passage quelques bons missiles en contre qu’encaisse sans broncher son assaillant. Dans le cinquième round sur un enchaînement gauche, droite, gauche, suivi d’une large droiteOwono est ébranlée et arrêtée par l’arbitre.
 
 
Anderson Prestot : « On a travaillé le direct durant la préparation. Je n’ai pas trouvé souvent l’ouverture. Je l’ai touché en contre dans le second round et ensuite j’ai continué à le boxer. Le coup dur est arrivé dans le 5ème round ».
 
 
Les résultats du gala
 
Anderson Prestot (Massy) bar par arrêt de l’arbitre 5ème Martin Owono (Evreux); Romain Garofalo (Agde) bat aux points David Afonso Pereira ; Mikel Hodaj (Calais) bat aux points Raphaël Boquet (Evreux).
 
Par Stéphane Lefeuvre et Olivier Monserrat-Robert

 

 

 

Share |