Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Boxe professionnelle

T. Faure monte en pression

Boxe professionnelle
Le 09 Octobre 2017

 

A quelques jours de son premier combat sous les couleurs du BCC, Thomas Faure a intensifié sa préparation avec une mise de gants face à Mamadou Ba.
 
 
Thomas Faure concentré sous l’œil très attentif de son entraîneur, Sofien Bahi. Crédit photo NR, Thierry Roulliaud
 
En ce mercredi soir, la salle d’entraînement du Boxing-Club Castelroussin, au gymnase Jablonsky, bruisse un peu plus qu’à l’accoutumée. C’est qu’on est venu voir d’un peu plus près la nouvelle locomotive du club, Thomas Faure, préposé à mettre les gants face au solide gaillard de l’US Orléans Boxe, Mamadou Ba. Pour un combat « amical » de six rounds de trois minutes, prémices de ce qui l’attend ce samedi 21 octobre, au gala de Blois, où il fera sa première sortie officielle sous les couleurs castelroussines face à Kevin Buval (Clichy-sous-Bois).
 
Le changement c’est maintenant
 
Débarqué cet été au BCC pour donner un nouvel élan à sa carrière après un long bail dans le club de sa ville natale, Saint-Junien (Haute-Vienne), Thomas Faure, 27 ans, douze combats professionnels à son actif (9 victoires, 3 défaites), lorgne à terme sur un championnat de France des mi-lourds. Pour l’y mener, le Team Bahi ne compte surtout pas brûler les étapes, raison pour laquelle il a accepté le combat face à Duval (n° 9 français chez les mi-lourds), un adversaire du calibre de son nouveau poulain, aujourd’hui aux portes du top 10 de la catégorie (n° 11). « On veut aller crescendo avec Thomas, mais on ne voulait pas non plus qu’il combatte face à la brêle du quartier (sic) », souligne son entraîneur, Sofien Bahi. Même s’il convient de la relativiser, la lecture de sa mise de gants contre Ba est plutôt de bon augure pour Thomas Faure à quinze jours de l’échéance face à Buval. Certes, l’intéressé a avoué avoir eu parfois le souffle court au fil des rounds. « Mais c’est parce qu’on a beaucoup travaillé en amont depuis la reprise depuis septembre, estime-t-il. C’est donc normal que la fatigue soit présente, mais je serai mieux le jour du combat car je vais avoir plus de plages de repos durant les quinze prochains jours », renchérit-il. Un peu court physiquement, Thomas Faure n’a donc pu donner qu’un aperçu de sa mue technique entamée sous la coupe des Bahi. Guerrier dans l’âme, Faure a toujours fait rimer sa boxe avec corps à corps, un domaine où il excelle, sa zone de confort. « Sauf qu’il fait 1,90 m et que l’on veut qu’il utilise beaucoup plus son allonge et son bras avant. On a travaillé essentiellement là-dessus depuis qu’il nous a rejoint », précise Sofien Bahi. Mais on n’efface pas en un mois des années d’automatismes. Alors, mercredi soir, Faure a parfois abusé du combat de près contre Ba, alors que c’est un usant de son jab du gauche qu’il l’a clairement le plus gêné.  La voie du changement est tracée, reste à Thomas Faure de ne pas trop en dévier contre Buval à Blois.
 
Par Ludovic Lagasse
 
 Source :  La Nouvelle République

 

 

 

Share |