Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Disparition

Décès de Jean-Claude Loubery

Handiboxe
Le 28 Juillet 2017

 

Les boxeurs de L'Etoile de Chambord mais aussi tous ceux de la Région Centre ont perdu le 1er juillet dernier, un handiboxeur au grand coeur. Homme de coin, accompagnateur et surtout bénévole toujours prêt à rendre service au sein du club montais.
 
 
Jean-Claude Loubery (à gauche) : handiboxeur au grand cœur
 
Pleins de rêves en tête, celui qui le poussait le plus était de boxer malgré sa poche abdominale. Au bord du ring cela paraissait impossible aux officiels, c'est alors que son ami et coach lui fabriquât une protection en caoutchouc rembourrée en mousse, pour assouvir son rêve. Il put donc boxer en situation handi-valide, ou handiboxer avec ses collègues de la Région Centre. La boxe lui a procuré une véritable famille, lui, qui fut un temps sans domicile fixe, à la rue. La maladie eut raison de lui dans sa quarante-neuvième année, malgré sa force, son courage et son espoir de vivre.
 
Chacun aidait à sa façon
 
Son club organisa pour lui une collecte de chaussures de sports, on prit en charge sa licence, chacun selon son temps et ses moyens l'aidait, lui laissait partager les repas familiaux et l'accompagnait à la recherche d'un logement, d'un foyer. On lui donna l'espoir ! Il devint le second de l'entraineur local, trop occupé dans les diverses compétitions à officier à la table de marque, il accompagnait donc les jeunes boxeurs éducatifs ou encore les jeunes handiboxeurs : il leur prodiguait des conseils, lavait le protège dents et donnait de l'eau à la minute de repos, à son tour il prenait soin d'eux. Ainsi, Jean-Claude, rendait à la boxe, ce que la boxe lui avait donné. Car le grand Défis de nos clubs de boxe est bien là : offrir une lueur d'espoir pour des personnes désocialisées, malades ou souffrant de ce que la vie leur a ôté. En poussant la porte du club, Jean-Claude, qui avait passé la quarantaine, ne visait pas l'élite, le haut niveau, mais bien la socialisation et la santé tant physique que mentale, par le sport en général et la boxe en particulier, recherchant un retour à une situation dite normale. Normale pour nous autres qui avons une famille, un logement, un emploi. Bien que le combat soit fini, que le dernier round ait sonné, les boxeurs du club et ses amis handiboxeurs qui l'ont côtoyé, ont une pensée pour lui à chaque fois que le ring sera monté, que le chrono repartira. Adieu l'ami. Adieu boxeur. Que chaque jour passé avec toi soit un jour de lutte contre le handicap.
 
François Ramaugé, référent Handiboxe Région Centre

 

 

 

Share |