Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Professionnels

ITW Maxime Beaussire

Boxe professionnelle
Le 15 Avril 2017

 

Maxime Beaussire (25 ans ; 1,75 m), la star montante de boxe tricolore chez les rémunérés, défie le Pisciacais Zakaria Attou, roi de l’Union européenne des super-welters, ce soir au Centre international de Deauville (Calvados). Entretien !
 
 
« Que signifie pour vous, vous qui avez été roi de France, de défier le champion de l’Union européenne des poids super-welters ?
 
- C'est l'étape supérieure. Je suis dans la peau du challenger. C'est certainement l'affrontement le plus difficile de ma carrière. À moi de relever le défi !
 
- Quel type de combat imaginez-vous ?
 
- Je m'attends à un duel serré, avec une opposition de style. Je suis plutôt offensif alors que Zakaria est plutôt un technicien, qui se protège bien, qui bouge bien. J'espère que les spectateurs vont apprécier cette opposition.

- Comment définissez-vous Zakaria Attou ?
 
- Un boxeur expérimenté, qui a 34 ans. Il a boxé à l'étranger : en Espagne ou encore en Italie. C'est un bon technicien, un bon tacticien.
 
 
- Avez-vous changé des choses dans votre préparation pour ce rendez-vous ?
 
- J'ai travaillé comme d'habitude. J'ai enchaîné les séances chez mon préparateur physique, Florent Roulleau, près de Caen. Je me suis aussi entraîné à Deauville chez mon promoteur Davide Nicotra. Sans oublier les mises de gants et les conseils distillés au Noble Art de Rouen par mon entraîneur, Salem Hamraoui. Concernant la partie physique, j'ai travaillé pour tenir 12 rounds. C'est mon premier 12 rounds.
 
- Quel a été votre programme de préparation pour cette joute ?
 
- Je me suis entraîné cinq fois par semaine pendant deux mois. J'ai également préparé le combat du 15 avril en affrontant et en battant le Belge Arnaud Dimidschtein, en février dernier à Trouville.
 
- Ce combat sent-t-il la poudre ?
 
- Je ne sais pas. En tout cas, beaucoup de spécialistes parlent du choc franco-français de l'année. Le Noble Art a besoin de ça. On fait parler de notre sport.
 
 
- Le mot de la fin ?
 
- Je remercie toutes les personnes, qui me suivent de près ou de loin : Mon promoteur, mon coach, bref, toute mon équipe, ma famille, mes amis, mes supporters, mes partenaires ».
 
Propos recueillis par Olivier Monserrat-Robert

 

 

 

Share |