Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Boxe professionnelle

Braïk entre en piste

Boxe professionnelle
Le 14 Février 2017

 

Le pugiliste du Ring Berruyer fait son entrée dans le Tournoi de France des super-welters, samedi 18 février à Châteauroux (Centre-Val de Loire), sa ville d’origine.
 
 
Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’invaincu Aghilas Braïk (26 ans ; 4 victoires, dont 2 expéditifs, 1 nul), aura les faveurs du public, lorsqu’il montera sur le ring, pour la sixième fois de sa carrière professionnelle. Il se produira dans une ville qu’il connaît bien : Châteauroux, où il a vécu avant de rejoindre Bourges et où sa famille réside encore aujourd’hui. Même s’il n’a jamais été licencié au club local, on peut être sûr que le chaud public castelroussin, amateur de boxe, saura lui faire bon accueil et accompagner de « vivas », le moindre de ses coups. L’ambiance sera celle des grands soirs et le BCC Labo Fenioux nous a concocté un plateau royal avec trois combats pros de qualité. Et justement, le « Lion Berruyer » aura besoin du maximum de monde derrière lui pour lui permettre de vaincre son adversaire et ainsi prétendre à atteindre les demi-finales.
 
 
Il n’aura pas la tâche facile, même s’il s’est bien préparé et que la confiance est de mise. Son adversaire, le Lyonnais Nicolas Ladias (29 ans ; 8 victoires, dont 3 avant la limite, pour 4 défaites), est le boxeur le plus expérimenté du tableau avec ses douze combats pros. C’est un adversaire solide, gaucher, qui a un gros cœur. Il ne lâchera rien. Sur le papier, le duel paraît équilibré, car Ladias reste sur trois défaites consécutives et se produit relativement peu. Il n’a pas boxé depuis plus d’un an. Il pourrait souffrir face à un Braïk, moins chevronné, certes, mais tout aussi talentueux. Le combat vaudra assurément le coup d’œil et outre une qualification pour le tour suivant, une victoire de Braïk, lui permettrait surtout de retrouver un rival qu’il connaît bien, Kalilou Dembélé, qualifié à Vierzon le 4 février dernier, grâce à sa victoire sur le Bordelais Junior Kamadjou. Braïk avait bénéficié d’un généreux match nul lors de leur dernier affrontement, le 16 avril 2016 à Issoudun. Un combat au goût amer pour le Berrichon qui estime n’avoir pas été au mieux ce soir-là. Une nouvelle rencontre lui permettrait de clarifier définitivement les choses face au boxeur de Saint-Ouen, dans ce qui pourrait devenir un classique chez les super-welters. Mais ne brûlons pas les étapes, ce serait faire injure à Nicolas Ladias. Braïk doit vaincre et convaincre pour continuer à croire en ses rêves. Il en a largement les moyens, à lui de nous le démonter sur le ring de Jablonski vendredi soir.
 
Par Romain Fabry
 
Mise en ligne par Olivier Monserrat-Robert
 
Crédit images : Ring Berruyer

 

 

 

Share |